Partager

Deux allocutions ont été prononcées : celle du
gouverneur Abou Sow et l’intervention du ministre
Cheick Oumar Sissoko.

La biennale artistique et
culturelle est une manifestation populaire qui
regroupe les troupes des 8 régions du pays plus celle
du district de Bamako qui compétissent dans diverses
disciplines artistiques et culturelles.

Comme le
théâtre ; l’Orchestre ; le ballet; l’ensemble
instrumental; l’exposition d’objets d’art; la danse
traditionnelle; le choeur; le chant solo.

C’est la première fois que la biennale se déroule
dans une capitale régionale. Le ministre de la culture
Cheick Oumar Sissoko a souligné que cela «pourrait a
priori tenir de la gageure».

Dans son intervention, le gouverneur de la région de
Ségou, M. Abou Sow, après avoir souhaité la bienvenue
à tous, a affirmé que c’est en décembre 2004, que
l’organisation de la biennale a été confiée à Ségou.
C’est une marque de confiance, a t-il ajouté.

Et
Ségou est capable de relever le défi. Toutes les
localités de la 4e région ont manifesté leur intérêt
pour participer activement à l’organisation et c’est
ainsi que la région a pu faire face au défi, a martelé
M. Sow qui renchérit: «L’organisation de la biennale
ne saurait se limiter à la prestation seulement des
troupes. Elle a un enjeu économique
».

En plaçant l’édition 2005 sous le signe de la
diversité culturelle, le ministre Cheick Oumar a mis
l’accent sur la diversité culturelle de notre pays
d’une part et d’autre part sur sa richesse cuturelle.

Au cours de cette édition de Ségou, les différentes
troupes vont nous faire découvrir la diversité
cuturelle du Mali, a ajouté le ministre.

Par rapport à
la diversité culturelle, le ministre a ajouté que
l’UNESCO, lors de sa prochaine rencontre en octobre,
votera la convention mondiale sur la diversité
cuturelle.

Aux dires du ministre, le Mali est en première ligne
de ce combat. Il a inscrit dans le préambule de sa
constituttion la diversité cuturelle.

Les ministres de
la Culture et de l’Education ont participé à tous les
travaux d’élaboration de ladite convention.

En outre, le gouvernement, dans sa politique
culturelle, a dégagé des exemples qui participent au
souci de :
– préserver nos identités cuturelles africaines
– s’ouvrir aux autres…

Cheick Oumar Sissoko a parlé des autres rendez-vous
notamment le festival sur le Niger, l’Exposition sur
le quai des Arts et les différents sites touristiques
du pays. Le département de la culture a élaboré un
dossier intitulé «quelle politique culturelle au Mali
?».

La culture est un atout pour le Mali, elle apporte
chaque année à l’Etat la bagatelle de 106 milliards de
FCFA si la Piraterie est combattue. Enfin, le ministre
a fait cas d’une citation de Aimé Césaire dans
laquelle l’accent est particulièrement mis sur la
culture.

Un Malien de la diaspora du nom de Amadou Tandina a
rédigé un poème sur le Mali. Après cette cérémonie
d’inauguration riche en couleurs, la compétition a
commencé hier avec la prestation de la troupe de Gao.

Mamadi TOUKARA, envoyé spécial à Ségou.

05 septembre 2005