Partager

Le jeudi 15 novembre 2012 a eu lieu au camp para de Djicoroni un rassemblement des commandos parachutistes. L’objectif de ce rassemblement avait pour but de montrer à l’opinion nationale que les bérets rouges sont toujours au camp para et qu’ils sont prêts à aller au front pour bouter les bandits hors du territoire malien.

Hier, ils étaient des centaines de commandos parachutistes à répondre présents à ce rassemblement qui a eu lieu dans leur camp à Djicoroni Para. C’était sous l’égide du commandant Marc Dougnon. Ce rassemblement, selon le commandant, vise à démentir à ceux qui font croire à l’Assemblée nationale que les éléments du Régiment sont tous partis, et qu’il n’y a plus qu’une trentaine dans le camp.

Au cours de ce rassemblement, le commandant Dougnon et ses hommes ont montré leur détermination à reconquérir le Nord du pays. Ils ont promis qu’un millimètre du territoire malien ne restera sous le contrôle de qui que ce soit en dehors de l’Etat. Ils sont prêts à donner leurs vies pour cette cause.

L’un des points essentiels pour atteindre cet objectif est la réconciliation entre le camp para et Kati. Ce point était à l’ordre du jour. A cet effet, le soldat à la retraite, Klène Traoré, communément appelé Ancien, a fait savoir que le camp para n’est autre qu’un démembrement de Kati et l’a invité à se réconcilier dans l’intérêt du pays.

« Le camp para n’est autre que Kati, car il n’exécute que les ordres venus de Kati. Ce qu’il faut savoir, c’est que le camp para n’est pas un ennemi. Ce qui s’est passé n’était autre qu’un malentendu. Alors mettons ça de côté et réconcilions-nous pour aller au front, car le devoir nous y appelle. S’il y a lieu de vengeance je crois que ça ne doit pas être entre le camp para et Kati, mais les deux unis contre ceux qui ont porté atteinte à l’intégrité de notre territoire et notre dignité », a suggéré Ancien.

Le commandant Marc et ses éléments ont reconnu que beaucoup a été fait dans sens. Et pour cela le 33e Régiment du camp para a assuré qu’il a fait table rase du passé et que sa première préoccupation en ce moment, comme tout bon Malien, est la reconquête de plus de 2/3 du territoire malien sous occupation.

Le commandant Dougnon a profité de l’occasion pour remercier les femmes de Kati pour tout ce qu’elles font pour unir les deux camps. Il a aussi invité les autorités à prendre en considération toute les difficultés que les familles des commandos subissent en ce moment à cause du gel de leurs salaires.

Youssouf Coulibaly

L’Indicateur du Renouveau du 16 Novembre 2012