Partager

Indépendamment du fait que les salaires des commandos parachutistes ont été logés à Kati après les troubles de mars 2012, il nous est revenu que les primes de saut auxquelles ils avaient droit ont été purement et simplement coupées. Ils ne bénéficient plus de cette prime. De même, la prime de garde n’est plus d’actualité. Les commandos parachutistes ont été privés de tout ça. A la limite, ils perçoivent juste leur salaire. Pas plus.

Meeting du HCI : un généreux bailleur

Le Haut conseil islamique (HCI) a tenu le 12 août au stade du 26-Mars un meeting d’information et de prières pour le retour de la paix et de la stabilité au Mali. La réunion qui s’est vite transformée en une occasion de soutien au Premier ministre Cheick Modibo Diarra aurait été financée par celui-ci à coût de centaines de millions de F CFA. Même s’il n’a pas pris publiquement la parole, le chef du gouvernement était physiquement sur les lieux. Une façon pour lui de témoigner qu’il est avec le HCI et qu’il le soutient dans ses initiatives. Il ne pouvait en être autrement pour le PM, décrié de part et d’autre, que de cheminer avec les religieux. Ces derniers qui ont reçu son aide substantielle pour le meeting ne pouvaient que lui apporter leur soutien en guise de reconnaissance. Belle histoire de donnant-donnant !

Éducation : le haut fonctionnaire de la défense refuse

Dans tous les départements ministériels, il est créé un poste de haut fonctionnaire de défense. Au ministère de l’Education et de l’Alphabétisation autrefois ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, la personne qui occupe ce poste a été relevé et remplacé par un autre haut fonctionnaire. Mais de sources proches du département, l’ancien s’accroche toujours à son fauteuil quand bien même sa décision de nomination a été abrogée. En attendant que l’ancien haut fonctionnaire ne fasse ses valises, le nouveau s’impatiente et passe de temps en temps au département. A quand la fin de ce désordre ?

Résidence des militaires : les retraités sommés de quitter

A la résidence des militaires, il y a beaucoup qui ont fait valoir leur droit à la retraite mais qui continuent d’occuper les lieux. Pendant ce temps, les nouveaux qui doivent occuper les maisons attendent. Pour mettre fin à cette situation, la hiérarchie vient de lancer un ultimatum aux militaires retraités occupant la résidence des militaires.

Elle fixe comme délai de rigueur la fin de ce mois de septembre aux retraités autres. Des retraités habitant la résidence, pris de panique et qui ont un chantier, sont en train de remuer ciel et terre pour trouver là où se caser avant la date fatidique.

Ceux qui ont un chantier ont démarché des banques pour accéder à des prêts au risque de se voir en location. Dans les camps, les militaires ne payent ni eau ni électricité. Après des années dans ce confort, il serait difficile de faire face aux affres de la location mais aussi et surtout des factures d’eau et d’électricité.

04 Septembre 2012