Partager

Omvs1.jpg
Le premier événement était présidé par le président de la République Amadou Toumani Touré. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée sur la place OMVS en face du marché Dibida. Plusieurs personnalités dont le Premier ministre Modibo Sidibé et des membres du gouvernement et le Haut commissaire de l’OMVS, le mauritanien Mohamed Saloum Ould Merzoug y assistaient.

Ainsi que de nombreux ressortissants des pays membres de l’organisation.

Le site se trouvant en Commune III du district de Bamako, c’est le maire de cette commune, Abdel Kader Sidibé qui s’est chargé de souhaiter la bienvenue aux personnalités présentes.

« Notre commune est une illustration parfaite de la réalité de l’intégration sous-régionale, car elle accueille les ressortissants de presque tous les pays membres qui vivent en parfaite symbiose avec les populations de la commune« , s’est réjoui l’élu municipal.


De nouveaux barrages:

Dans un discours de fond, le président de la République, président en exercice de l’OMVS, a indiqué que « nous lançons, à Bamako, les Journées de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal, avec l’ambition de mieux faire connaître cette organisation sous-régionale, ses principales réalisations, ses grands chantiers et ses projets, en faveur des quatre pays membres« .

Il a salué l’élargissement de la famille à la Guinée, formalisé par le Traité d’adhésion signé à cet effet. « Au-delà de son caractère politique, la reconstitution de notre grande famille, a considérablement renforcé le potentiel hydroélectrique qui passe de 625 Mégawatts de puissance installée à 2000 Mégawatts« , a précisé le chef de l’État.

La valorisation graduelle de nos potentialités hydroélectriques et hydrauliques ouvre à nos pays d’excellentes perspectives dans deux secteurs clefs : l’eau et l’énergie, a-t-il poursuivi.

Dans ce cadre, dans quelques jours, la première pierre de l’aménagement hydroélectrique de Félou, pour un financement de 60,5 milliards Fcfa sera posée.
« La même volonté nous anime quant à la réalisation prochaine du barrage de Gouina, au Mali, d’un coût global de 93 milliards de Fcfa, hors assistance technique », a indiqué Amadou Toumani Touré.

Le chef de l’État a révélé que l’organisation prépare activement la construction, à partir du premier semestre 2009, du barrage de Koukoutamba, en Guinée, avec une puissance installée de 280 MW.

Et pour davantage renforcer nos capacités énergétiques, le processus de réalisation des ouvrages de seconde génération est en bonne voie. Ainsi seront réalisés les barrages de Gourbassi, Badombé, Boudofora et Maréla au Mali et ceux de Boureya et Balassa, en Guinée.

La navigabilité du fleuve Sénégal constitue aussi une grande priorité.

« Nous suivons avec un grand intérêt les préparatifs de la rencontre prévue à cet effet avec les bailleurs de fonds », a indiqué le chef de l’État, en précisant que cette réunion devra déboucher sur le montage financier de la première phase du système de transport multi-modal avec comme épine dorsale la navigabilité du fleuve de Saint-Louis (Sénégal) à Ambidédi (Mali). Les deux localités seront dotées de ports fluviaux.

Dans quelques jours, a révélé Amadou Toumani Touré, le balisage provisoire du chenal naturel du fleuve ouvrant ainsi la voie à la petite et moyenne navigation sur le fleuve Sénégal sera réceptionné.

Le transport routier complétera la navigation avec la construction des routes Manantali-Mahina, Saint-Louis-Diama, Diama-Rosso et Labé-Tougué-Dinguiraye-Siguiri.

« Et par delà sa vocation première qui est l’eau et l’énergie, notre ambition est de faire de l’OMVS un instrument de renforcement de notre production agricole« , a souligné le président en exercice de l’organisation.

Dans ce sens, le Haut commissariat de l’OMVS a déjà élaboré avec l’appui de la FAO, un plan d’action régional pour l’amélioration des cultures irriguées d’un montant de 113 milliards Fcfa qui sera soumis à l’appréciation de la 59ème session ordinaire du conseil des ministres de l’OMVS que notre capitale a abritée samedi et dimanche.

Parallèlement, un programme de gestion intégrée des ressources en eau contribuera à améliorer l’exploitation de 80 000 hectares dans l’ensemble du bassin en irrigation gravitaire, en décrue contrôlée et en aménagement de bas-fonds.

Le soutien au secteur de la pêche, de l’agro-foresterie, de l’élevage complétera ce dispositif d’émergence d’une économie locale forte pour mieux lutter contre la pauvreté.

De bonne raisons d’être fiers:

Le président Touré a par ailleurs fait savoir qu’un plan d’action stratégique fixe la vision à long terme de gestion des grandes problématiques environnementales à l’horizon 2030. A cet égard, il a remercié les Fonds pour l’environnement pour son accompagnement dans l’élaboration de document de qualité qui permettra à l’OMVS de disposer d’un financement global de près de 149 milliards de Fcfa.

« Dans le domaine de la santé, nous conduisons une lutte résolue contre le paludisme et la bilharziose. Dans ce cadre, nous lancerons bientôt, en deux phases, une vaste opération de distribution de trois millions moustiquaires imprégnées, en faveur des femmes en état de grossesse et des enfants à bas âge. Nous avons de bonnes raisons d’être fiers du bilan de notre organisation.


Notre solidarité est le socle de notre succès qui vaut à l’OMVS aujourd’hui d’être citée en Afrique et même à travers le monde comme un modèle d’intégration inter-État dans divers domaines d’activité tels que l’eau, l’énergie, l’environnement, l’agriculture et bientôt le transport » a noté Amadou Toumani Touré.

Pour lui, ces réponses aux défis et priorités de développement de nos pays, depuis plus de trente ans, font en effet de l’OMVS, un exemple pouvant inspirer les efforts d’intégration sur notre continent. « Et tout cela a été rendu possible grâce au soutien constant des organisations et institutions de financement qui ont adhéré à notre vision et surtout partagé notre soif« , a-t-il poursuivi.

La cérémonie a pris fin par la pose symbolique de la première pierre du mur marquant le retour de la Guinée dans l’organisation, et l’implantation de son drapeau à côté de ceux des trois autres pays (Mauritanie, Sénégal, Mali). Avant la cérémonie, des prix avaient été remis aux vainqueurs d’un marathon disputé le matin, de la Tour de l’Afrique à la Place OMVS.

Le Conseil des ministres de l’organisation s’est tenu samedi et hier à l’hôtel Salam. La cérémonie d’ouverture était présidée par le Premier ministre, Modibo Sidibé. Nous reviendrons sur les conclusions de cette rencontre dans notre édition de demain.

S. DOUMBIA

07 Juillet 2008