Partager

chucho.jpgBorn Back in Bamako (BBB). Tel est le nom du festival mondial des musiques noires qui aura lieu à Bamako du 23 Février au 1er Mars 2008. Cette grande rencontre, qui est parrainée par Salif Keïta enregistrera la participation de Quincy Jones l’Américain, de Gilberto Gil le Brésilien et de Manu Dibango le Camerounais.

BBB festival se propose de plaider pour la paix et l’amour de l’autre en mu­sique et de célébrer dans la communion, face au devoir de mémoire, les re­trouvailles de l’Afrique avec sa diaspora. Selon Cheick Oumar Sissoko, ancien ministre de la Culture, du Mali et président du BBB festival, notre monde souffre du manque de sens:  » le symbole en est le remède.

Ce festival se veut un acte rédempteur de l’humanité toute entier et il en sera ainsi. ; L’immense espoir qu’il nourrit saura s’accomplir par la foi de tous les humanistes de tous les continents, dans l’esprit d’un monde solidaire
« .

Pour le nombre d’artistes africains connus pour tourner aux quatre coins de la planète, il y a une exigence de qualité de prestation qui demande des compétences, mais aussi un renforcement des capacités du monde de la création musicale (artistes, managers, équipes, sociétés d’édition, de production, de distribution et de promotion.

Le BBB festival promet à tous un rendez-vous professionnel de haut ni­veau, avec le Salon de l’Industrie Musicale de Bamako « SIMBA« . Ce salon accueillera des fabricants d’instruments et d’appareils de musique, des maisons de disque, divers diffuseurs et des prestataires multimédia de mu­sique en ligne, comme les opérateurs téléphoniques. Car « l’Afrique doit être plus qu’une utilisatrice.
L’opportunité existera au salon pour des contacts, des échanges, des gains d’image et des opportunités d’affaire, favorables à l’action de la promotion et à la professionnalisation des filières
« .

Pour le président du festival BBB, Cheick Oumar Sissoko, le rêve africain est que l’industrie de la culture s’avère un prodigieux moyen de mobilisation d’énergie et de promotion des savoir-faire dans la quête de solutions aux questions de l’épanouissement humain.

L’Afrique recèle un potentiel fécond de création et des atouts avérés de compétition. Le festival mondial des musiques noires est un vaste champ d’opportunités d’accomplissement de l’idéal col­lectif: la liberté.

Pendant les huit jours que durera le festival, il y aura des projections de films, des dé­bats, des visites touristiques, des concerts et des rencontres musicales. Un méga concert mettra un terme aux festivités, qui se passeront dans plusieurs lieux de Bamako.

Ce sont des grands hommes de culture qui seront dans nos murs pour l’occasion, parmi les­quels on peut citer, entre autres, Doudou N’Diaye Rosé, Wali Badarou, Manu Dibango, Hank Jones, Quincy Jones, Archie Shepp, Chucho Valdes etc.

La cérémonie d’ouverture, prévue pour le 23 février prochain, sera prési­dée par le Chef de l’État, ATT et se déroulera au Stade omnisports Modibo Keïta.


Kassim Traoré

Bamako Hebdo du 11 février 2008

 

manu.jpg

 

quincy.jpg

 

hank.jpg

 

archie.jpg