Partager

C’est une véritable tragédie que les populations de Sabalibougou ont vécue, dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 avril, quand Bâ Seydou a froidement assassiné son ami avec un poignard. Tout a commencé par une vive dispute entre Bâ Seydou Doumbia, un apprenti-chauffeur de 19 ans, et son ami Drissa Coulibaly, 19 ans, élève, tous deux domiciliés à Sabalibougou.

jpg_a_copie.jpg Ils se sont rendus au cimetière de Sabalibougou où ils se sont bien battus au corps-à-corps avant que leurs amis de «grin» ne viennent les séparer.

La bagarre terminée, chacun des deux antagonistes s’était rendu chez soi. Mais, aux environs de 21 heures, Bâ Seydou est venu chez Drissa Coulibaly dans un esprit réconciliateur.


Il réussit à l’entraîner dehors.
Selon les témoignages recueillis sur place, les deux amis marchaient bras dessus dessous quand Bâ Seydou planta brusquement un poignard en plein cœur de Drissa Coulibaly.

Ce dernier s’écroula à quelques mètres seulement de sa maison. Bazizi prit aussitôt la clef des champs. Bâ fut immédiatement évacué aux urgences de l’hôpital Gabriel Touré où il rendra l’âme peu de temps après son arrivée.

Le quatrième arrondissement fut immédiatement alerté après le drame. Mais Sabalibougou n’appartenant pas à son secteur, le 4e arrondissement saisit à son tour le 11e arrondissement.

Le Commissaire Divisionnaire Djigui Koné mobilisa tous ses effectifs à la recherche de Bâ Seydou Doumbia, mais sans succès. Une tentative de l’arrêter a malheureusement échoué, dimanche dernier, mais le 11e n’en est pas pour autant prêt à baisser les bras. (Affaire à suivre).

Pierre Fo’o Medjo

L’Indépendant du 08 Avril 2009