Partager

Pour les Aigles, la route du Qatar passera par l’un de ces cinq pays : le Sénégal, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie et le Nigeria. Le tirage au sort se déroulera le 18 décembre à Doha

On connaît désormais les dix équipes africaines qualifiées pour le troisième et dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde, Qatar 2022. Il s’agit du Mali, du Sénégal, du Maroc, de l’égypte, de la RD Congo, du Ghana, de l’Algérie, de la Tunisie, du Nigeria et du Cameroun. Les Camerounais ont été les derniers à décrocher leur ticket, en battant les Ivoiriens (1-0), mardi dernier, à Yaoundé au compte de la 6è journée de la phase de poules. Avec 15 points, les Lions Indomptables coiffent ainsi au poteau d’arrivée les éléphants qui comptaient 13 points avant la «finale» entre les deux pays. Un peu plus tard, l’Algérie a assuré sa place en faisant nul 2-2 à Blida contre le Burkina Faso.

Quant à la Tunisie et au Nigeria, ils ont validé leur tickets, faces, respectivement à la Zambie (3-1) et au Cap-Vert (1-1). Le tableau est relevé avec la présence de (presque) tous les gros calibres du continent, à l’exception de la Côte d’Ivoire et on peut s’attendre à des duels épiques lors des barrages. On remarque que les 10 équipes font partie du Top 10 africain du classement FIFA, exception faite de la RD Congo (13è). La sélection congolaise (11 points) a pu sortir du piège des écureuils du Bénin, battus 2-0 lors de la dernière journée des éliminatoires.

La RD Congo est la seule nation qualifiée pour les barrages qui ne sera pas à la prochaine CAN. Les autres pays de la poule, à savoir le Bénin, Madagascar et la Tanzanie seront également absents de la grande messe du football continental. Tous les cinq pays africains qui ont participé au précédent Mondial en Russie (Nigeria, Maroc, Tunisie, égypte, Sénégal) sont présents aux barrages. On peut donc dire sans risque de se tromper que cette dernière marche, la plus haute, pourrait ressembler à une montagne à gravir pour décrocher le précieux ticket pour le grand rendez-vous qatarien.

Le tirage au sort de cette dernière étape se déroulera le 18 décembre prochain à Doha, mais il faudra attendre jusqu’à la fin mars 2022, après la CAN, pour connaître les cinq équipes qui représenteront l’Afrique à la Coupe du monde (du 21 novembre au 18 décembre 2022). Pour le tirage au sort, le Mali est logé dans le chapeau 2 en compagnie de l’égypte, de la RD Congo, du Cameroun et du Ghana et affrontera, avec match aller à domicile, l’un des pays du chapeau 1 : le Sénégal, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et le Nigeria. Ces cinq équipes ne sont autres que les meilleures sélections du classement FIFA.

Parmi les dix pays africains qualifiés pour les barrages, le Mali est le seul à n’avoir jamais disputé un Mondial. Les Aigles ont survolé leur groupe, en totalisant 5 victoires en 6 sorties pour 1 match nul, 11 buts marqués et 0 encaissé. Ils deviennent ainsi, la deuxième équipe africaine à réaliser un tel exploit au Mondial, après le Maroc (3 victoires, 3 nuls, 11 buts marqués, 0 encaissé lors des éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018).

Désormais, les protégés du sélectionneur Mohamed Magassouba ont les yeux rivés vers les barrages avec comme objectif de poursuivre sur la même lancée et se qualifier pour la phase finale du Mondial qatarien. Face aux habitués de la compétition, la tâche ne s’annonce pas facile pour le capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers, mais après ce que ces derniers viennent de réaliser, tous les espoirs sont permis pour eux. Une chose est sûre, cette nouvelle génération des Aigles peut dialoguer d’égal à égal avec n’importe quelle équipe africaine et on peut compter sur les nôtres pour écrire une nouvelle page de l’histoire du football malien.

On a d’autant de raisons d’être optimiste que le sélectionneur Mohamed Magassouba dispose également d’un réservoir important de joueurs de haut niveau. Pour revenir à la phase de poules, la meilleure performance est à mettre à l’actif du Maroc qui a totalisé 6 victoires en autant de sorties. Au total, les Lions de l’Atlas ont marqué 20 buts pour seulement 1 encaissé. C’est la deuxième meilleure attaque des éliminatoires, derrière l’Algérie (25 buts), championne d’Afrique en titre. Au titre du plus grand nombre de points, le Mali occupe la deuxième place avec le Sénégal (16 points) place, mais les Aigles possèdent la meilleure défense (zéro but encaissé) devant le Maroc (1 but encaissé). L’attaquant algérien Islam Slimani termine meilleur buteur de la phase de poules, avec 7 réalisations, devant l’avant-centre des Aigles, Ibrahima Koné, le Marocain Ayoub El Kaabi, l’Algérien Riyad Mahrez et le Nigérien Victorien Adebayor (5 réalisations, chacun).

Depuis le lancement de la Coupe du monde en 1930, treize pays africains ont participé à la phase finale de la compétition. Avec sept participations, le Cameroun est l’équipe africaine la plus capée (1982, 1990, 1994, 1998, 2002, 2010 et 2014) devant le Nigeria -6 fois (1994, 1998, 2002, 2010, 2014 et 2018), le Maroc, 5 fois (1970, 1986, 1994, 1998 et 2018) et la Tunisie, 5 fois également (1978, 1998, 2002, 2006 et 2018).

L’Algérie compte 4 participations (1982, 1986, 2010 et 2014) alors que l’égypte, la première nation du continent à disputer la compétition (Italie en 1934), affiche trois phases finales au compteur (1934, 1990 et 2018). L’Afrique du Sud, la seule nation du continent qui a abrité la compétition (2010), a disputé trois phases finales (1998, 2002 et 2010), tout comme la Côte d’Ivoire (2006, 2010 et 2014) et le Ghana (2006, 2010 et 2014). Le Sénégal a participé à deux Coupes du monde (2002 et 2018), alors que la RD Congo (1974), l’Angola et le Togo (2006) ont disputé une phase finale. Le Cameroun, en 1990, le Sénégal, en 2002 et le Ghana, en 2010, sont les trois équipes qui ont atteint les quarts de finale.

AIGLES, BRISER LA MALÉDICTION-Les Aigles du Mali vont-ils se qualifier pour leur première Coupe du monde ?Comme indiqué plus haut, l’espoir est permis pour les protégés du sélectionneur Mohamed Magassouba, surtout après le beau parcours réalisé par l’équipe lors de la phase de poules.

«On ne va pas jouer pour faire de la figuration. Notre objectif est d’aller à la Coupe du monde et on se battra pour ça», déclarait il y a quelques semaines le sélectionneur Mohamed Magassouba.

Le technicien malien avait ajouté que les portes de la sélection nationale restent ouvertes à tous les joueurs et qu’il va tout faire pour mettre en place une sélection capable de «représenter dignement le Mali».

Pour le capitaine des Aigles, Hamari Traoré, le Mali a ses chances et il faut, dès à présent, commencer les préparatifs et prendre en compte tous les détails.

«Il y a une grande différence entre la phase de poules et les barrages qui se joueront en aller-retour. Le niveau de jeu sera élevé et la pression sera également grande. Il faut tenir compte de tous les facteurs», prévient le défenseur international.

«On a une idée de tous nos futurs adversaires. On peut dire qu’on a notre chance de franchir cette étape, mais tout dépendra de l’organisation, de la préparation et de l’environnement autour de l’équipe.

Notre ambition est de briser la malédiction et écrire une nouvelle page de l’histoire de notre football», a ajouté Hamari Traoré dans une interview accordée il y a quelques jours à la presse française.

Demba COULIBALY

Source: L’Essor