Partager

Les Ghanéens sont fiers que le président américain Barack Obama ait, pour son 1er voyage en Afrique, choisi leur démocratique petit pays où il est attendu vendredi soir, mais ils en attendent aussi des retombées politiques et économiques. Barack Obama a lui-même justifié son choix du Ghana dans une interview récente par le fait que ce pays a « organisé des élections avec succès qui ont débouché sur un transfert pacifique du pouvoir », sur un continent plutôt habitué au contraire. Le secrétaire d’Etat à l’Information Samuel Ablakwa parle d’un « coup de fouet » pour les investissements, et sa collègue au tourisme Juliana Azumah voit dans cette visite « une occasion de vendre la destination Ghana à l’international « . Un des temps forts du voyage présidentiel est d’ailleurs samedi la visite du fort esclavagiste de Cape Coast, à 2 heures de route d’Accra. Avec 20% d’inflation et un fort déficit budgétaire, le pays a un besoin urgent d’investissements directs, surtout au moment de démarrer – l’an prochain l’exploitation commerciale du pétrole découvert en 2007.Pour célébrer la venue d’Obama, Accra a été pavoisée de drapeaux et d’imposants portraits des 2 présidents.AFP