Partager

Maimouna est la quatrième épouse et la favorite du vieux Madou. Avec un écart d’âge de 40 ans, le vieux Madou cède à tous les caprices de « sa porteuse de bouilloire », comme il aimait le dire. Et naturellement, cela mettait tout le reste de la famille dans une colère noire, et une furie contre la favorite, qui, d’ailleurs, ne faisait aucun effort pour se ménager les bonne grâces du reste de la famille, ayant déjà le vieux « sous ses aisselles ».

Vieux Madou, la retraite depuis 5 ans, ne paye ni eau ni électricité dans sa propre maison. Les enfants ont pris le relais. Du coup, toute sa pension de retraite est consacrée à l’entretien de sa belle et jeune épouse. Ses trois autres épouses sont à la charge de leurs enfants, des enfants, dont il ne se rappelle que pour leur exiger des dépenses que la belle Maimouna lui impose.

Ainsi, le mois dernier, Maimouna venait de donner naissance à un petit garçon. Très capricieuse comme toujours, elle a fait savoir à son mari qu’elle veut célébrer dignement la naissance de son bébé. Alors pour faire plaisir à sa Maimouna, le vieux Madou s’est endetté auprès de tous ses parents et amis. 50 000 F CFA par-ci 100 000 F CFA par-là. Au total, il a réuni pour le baptême de son douzième et enfant de la retraite, la coquette somme d’1 500 000 FCFA.

Le jour du baptême donc, tout était comme madame le voulait. Le genre de baptême digne des films à l’eau de rose de Nollywood. Madou et sa femme, habillés comme le roi et la reine, le bébé, paré comme pour une compétition. Même les griots ont été gracieusement payés.

Pendant que ceux qui avaient prêtés de l’argent au vieux commençaient à regretter, un jeune homme est sorti de nulle part, a demandé à voir Maimouna. Celle-ci très embarrassée a fait semblant de ne pas le reconnaitre. Alors l’homme très agacé a demandé l’attention de tout le monde et a pris la parole : « l’enfant que vous venez de baptiser est mon fils. Je suis l’amant de Maimouna. Je suis venu récupérer mon fils… ». Il n’a pas même fini de parler que le vieux Madou a fait une crise cardiaque. Hospitalisé, il est toujours dans le coma.

Maimouna quant à elle, s’est fait tabasser par les enfants du vieux qui ont trouvé là, l’occasion de lui faire payer tous les ressentiments avalés. Elle a fuit en abandonnant son bébé.

Soumba Diabaté

@Afribone