Partager

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, en visite au Mali, a réaffirmé mardi soir à Bamako, au cours d’une conférence de presse, sa détermination et celle de la communauté internationale à accompagner le Mali et les pays du Sahel dans leurs initiatives portant sur la situation politique, la sécurité, le développement, et l’aide humanitaire.

« Nous le disons haut et fort ! La communauté internationale restera aux côtés des peuples du Mali et du Sahel », a assuré mardi à Bamako le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, appelant à des actions urgentes et concertées pour cette région d’Afrique face à des défis sécuritaires et humanitaires.

Lors de la conférence de presse, Ban Ki- Moon et les chefs d’organisations de financement du développement tels que Dr. Jim Yong Kim, président du groupe de la Banque mondiale, Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de Développement, Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine et Andris Piebalgs, commissaire au développement de l’Union européenne, ont déploré les récentes « morts tragiques » de Kidal.

Sur des questions de sécurité à Kidal, le Secrétaire général de l’Onu a souligné que « le problème sécuritaire n’est qu’un aspect du problème au Sahel ». Ban ki-Moon a souhaité que le Mali puisse renforcer les capacités de ses forces armées. Il a promis de discuter de la question avec des partenaires clés.

Pour Dr. Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, « la stratégie de changement des actions est de travailler et de s’engager dans l’insécurité au lieu d’attendre la sécurité pour commencer à travailler ».

Les problèmes du Sahel « ont des racines profondes. Mais il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous pouvons faire front. L’expérience nous a appris que la paix ne peut venir qu’avec le développement, et que le développement ne peut venir qu’avec la paix », a dit le secrétaire général de l’Onu.

Ban Ki-Moon a appelé à renforcer la coopération pour le Sahel, au lendemain de promesses de milliards d’euros en faveur de cette vaste région dont la population globale est estimée à environ 80 millions d’habitants.

Aminata Traoré

07 Novembre 2013