Partager

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est arrivé mercredi à Kinshasa dans un climat tendu par la reprise de violents affrontements entre l’armée gouvernementale et la rébellion du M23 dans l’est de la RDC. La visite de Ban Ki-moon s’inscrit dans le cadre d’une tournée dans la région des Grands Lacs qui le conduira de Kinshasa à Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu où s’affrontent les forces régulières et rebelles, puis au Rwanda et en Ouganda. Les deux camps s’accusent mutuellement d’avoir relancé les hostilités. Les affrontements interviennent alors que la nouvelle brigade d’intervention de l’ONU, composée de 3.000 soldats a commencé son déploiement. « Vu ce qui se passe, je pense que nous devons accélérer le déploiement pour qu’ils soient pleinement à pied d’œuvre le plus tôt possible », avait déclaré mardi Ban Ki-moon depuis le Mozambique. Dans sa tournée, le secrétaire général est accompagné par le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, par Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations unies dans les Grands lacs et par Hervé Ladsous, chargé des opérations de maintien de la paix à l’ONU. Malgré la situation, un haut responsable des Nations unies nous a affirmé mardi soir qu’il n’était pas question que l’escale du secrétaire général à Goma soit annulée. Après cette étape, il se rendra à Kigali, Entebbe (Ouganda) et Addis-Abeba, siège de l’UA. Ban Ki-moon devait rencontrer en fin de matinée le chef de l’Etat Joseph Kabila, puis dans l’après-midi des ministres, des représentants des assemblées et de la société civile. AFP.