Partager


A Bamako, on ne respecte pas les cortèges officiels. Généralement, les conducteurs d’engins, surtout les motocyclistes et les chauffeurs des véhicules de transports en commun (sotrama, taxis) ne cèdent pas le passage aux cortèges officiels.

Il n’est pas de rare de voir des motocyclistes rendre la tâche difficile aux agents de la circulation. Certains de ces conducteurs indisciplinés ne traversent jamais la route que s’ils voient les véhicules de cortège venir et cela après que l’agent chargé de libérer la voix se soit rassuré que tout est normal.

Qu’est-ce qui les empêche d’attendre quelques minutes, tout juste le temps de passage du cortège ? En tout cas, il est temps pour les indisciplinés de corriger leurs comportements et pour les autorités de cesser d’être laxistes, car le développement du pays ne peut se faire dans le désordre.

Dado CAMARA

18 Aout 2008