Partager

deguerpier.jpgEntamée le 6 février dernier, l’opération se poursuit normalement dans le District, « libérant » trottoirs, routes, places publiques et voies privées ouvertes au public.

L’action est menée par la Brigade urbaine pour la protection de l’environnement (Bupe) conformément à un arrêté portant organisation du fonctionnement des services de la mairie du district, a indiqué Adama Coulibaly, le directeur général de la Bupe. Mais, cette fois-ci, c’est grâce à des instructions permanentes du ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales qu’elle a pris du nerf, précisera-t-il.

L’opération est dirigée par Adama Sangaré et Ibrahim Féfé Koné respectivement maire du district et gouverneur de Bamako, et pilotée par le commissaire principal Adama Coulibaly qui conduit toutes les actions de déguerpissement sur le terrain. L’opération s’étendra à tout le territoire de la capitale. Pour l’heure, elle se concentre sur le Boulevard du peuple dont la situation est complexe.

En amont, les agents de la Bupe de concert avec les commerçants détaillants ont entrepris une campagne de sensibilisation des occupants sur le bien-fondé de l’opération. Ils procèdent parallèlement au déguerpissement des pousse-pousse qui encombrent la voie et provoquent des accidents. Les vendeurs ambulants et les commerçants qui encombrent la chaussée de marchandises sont également priés de dégager l’espace. C’est un véritable travail de Sisyphe déplore Adama Coulibaly.

« Pendant que sont déguerpis pêle-mêle commerçants, vendeurs ambulants, charretiers et autres badauds, les véhicules, faute de lieu de stationnement, viennent occuper les espaces libérés« , regrette le patron de la Bupe. Alors les services techniques du District ont entrepris de confectionner des panneaux d’interdiction de stationner qui se dresseront bientôt tout le long du tronçon qui traverse « Dabanani ».

La grogne des squatters a failli tourner à l’émeute le 14 février dernier, le jour où un véhicule de la Bupe a été incendié par les frondeurs. Le patron de la brigade a tiré les leçons de l’incident et envisage d’associer prochainement aux patrouilles de la Bupe, les « ninjas » du Groupement mobile de sécurité (GMS).

À la date d’aujourd’hui, l’opération présente quelques résultats positifs. Ainsi le boulevard a retrouvé une relative fluidité. « Même si tout n’est pas encore parfait, on constate cependant un certain désengorgement du trafic au niveau du Boulevard du peuple« , souligne Adama Coulibaly.

S. DOUMBIA – L’Essor

05 Mars 2008.