Partager

La semaine dernière, T. Maïga, boutiquier de son état, a été enlevé par des inconnus à bord d’un véhicule 4×4 non loin du siège de Malitel près du Carrefour des jeunes. Agé de 50 ans environ, T. Maïga a été attaqué au moment où il s’apprêtait à faire des achats au marché. Bien qu’il ait regagné son domicile sain et sauf quelques jours après, il a été dépouillé de son argent, de son téléphone portable avant d’être copieusement battu. Ses ravisseurs l’ont libéré dans un coin de brousse sur la route de Ségou.

« Jeudi dernier, aux environs de 14 h non loin de Malitel, quand je marchais tout bonnement, un véhicule est venu s’arrêter près de moi. Les gens qui étaient dans le véhicule ont commencé à me parler. Peu de temps après, ils m’ont coincé avec le véhicule. Par la suite, j’ai perdu connaissance et l’on m’a amené jusqu’à Ségou. On m’a dépouillé de tout ce que j’avais sur moi. Ensuite, j’ai été battu à sang », explique-t-il.

« C’est grâce à un vieux qui m’a retrouvé en brousse que j’ai pu regagner mon domicile. Ce dernier m’a soigné et m’a mis dans un véhicule sur Bamako », fait savoir M. Maïga.
Cet enlèvement fait suite à de nombreux autres cas d’enlèvement et attaques à mains armées qui se produisent à Bamako ces derniers temps. Il y a seulement quelques mois, un motocycliste a été dépossédé de son engin aux alentours du rond-point de l’Eléphant Après avoir été coincé par un 4×4, deux personnes sont sorties du véhicule pour lui prendre sa moto. La scène s’est passée dans les environs de 9 h. Surpris par l’action les bandits, les témoins de la scène n’ont rien pu faire.

« L’autre jour, aux environs de 19 h, quand je me suis arrêté au feu au rond-point du Banconi, quatre personnes m’ont attaqué », dit une autre victime.

L’insécurité dans notre capitale grandit jour après jour au point que « an bè bi an babolo ». Dommage !

Sidiki Doumbia
(stagiaire)

18 mars 2008