Partager

Bakary Togola, un paysan bon teint, fait son entrée en politique. Le président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola, reconduit dans ses fonctions, le 10 juillet dernier, pour un nouveau mandat de cinq ans, s’est vu octroyer le poste de 4ème Vice-président du nouveau parti politique, PDES (Parti pour le Développement Économique et la Solidarité).

Très connu dans le milieu paysan, Bakary Togola, est un néophyte en politique. Du moins, si on se fie aux apparences. Par contre, dans le domaine de l’agriculture, l’homme est un expert.

Originaire de la région de Sikasso, il est propriétaire terrien, avec plus de 200 têtes de bovins et plus de 400 ha de terres arables. Il est membre de plusieurs organisations professionnelles. A la tête de l’APCAM depuis 2005, Bakary Togola a imprimé une nouvelle dynamique à cette structure.

Avant son enrôlement dans le PDES, on ne lui connaît aucune coloration politique. Mais à force de côtoyer les politicards, BaKary Togola a beaucoup appris. Notamment, en politique. Le président de l’APCAM sait, désormais, mieux que quiconque, que tous les combats ne peuvent se gagner par la force de la daba. D’où sa descente dans l’arène politique.

Bombardé 4ème Vice-président du PDES, Bakary Togola n’a pas été parachuté à ce poste pour labourer le jardin du parti. Mais pour drainer les paysans vers le parti. Surtout, à quelques encablures des présidentielles.

Dr Abdoulaye Néné Coulibaly, un Chef contesté

Le DG du Centre hospitalier universitaire Gabriel Touré est dans le point de mire du syndicat l’hôpital Gabriel Touré. Surtout, pour la gestion faite des ressources financières mais aussi des hommes, dont il a la charge.

Une mission d’inspection de l’Agence Nationale d’Evaluation des Hôpitaux a séjourné, durant trois semaines, à l’hôpital Gabriel Touré. Selon nos informations, sa gestion est loin d’être irréprochable. En pleine inspection de son service, Abdoulaye Néné Coulibaly, s’est taillé le luxe de voyager… en dehors du Mali. Il n’aurait pas reçu l’autorisation de voyager par son supérieur hiérarchique, le Secrétaire général du ministère de la Santé ; Mais plutôt … son propre Adjoint. Une seconde pierre dans le jardin de son ministre.

Récemment, le personnel de la pédiatrie de l’hôpital Gabriel Touré, est monté au créneau, accusant Abdoulaye Néné Coulibaly d’avoir pris une décision arbitraire, en affectant le personnel de la pédiatrie, à un Bloc… non équipé. Alors que le service de pédiatrie était déjà dérisoire, à cause du manque d’équipements appropriés.

S’y ajoutent les réactions de certains travailleurs de l’hôpital, rapportées par un confrère de la place. Elles sont symptomatiques du malaise qui existe au Gabriel Touré. « Nous vivons dans des conditions extrêmement pénibles, aucune de nos revendications n’est prise en compte par ce directeur… Le directeur roule pour lui-même, les intérêts des travailleurs et de l’hôpital sont relégués au second plan », disent ces travailleurs.

Et cerise sur le gâteau, Abdoulaye Néné Coulibaly est le Secrétaire national chargé de la Santé du tout nouveau parti PDES. Humm !!!

Le Canard déchaîné du 28 Juillet 2010.