Partager

Malgré un mandat d’arrêt et d’amener contre Idrissa Traoré délivré par le procureur du tribunal de grande instance de la commune VI du District de Bamako, il y a plus d’une année, l’héritier pétrolier demeure toujours insaisissable par les gendarmes et policiers. Le fils de feu San Zou est poursuivi pour d’abus de confiance et escroquerie.

Selon la version de Tidiane Daff, tout est parti d’une affaire d’achat de deux lots sis à Baguinéda.  Idrissa Traoré, un des fils de feu Zoumana Traoré dit San Zou, a conclu avec Tidiane Daff la vente de lots (titre foncier) n° 76241 et 76242 contigus pour une somme de 100 millions de FCFA. Faute d’avoir payé l’intégralité de la somme, le vendeur a décidé de garder les titres des lots.

En novembre 2017, dans le cadre de la confiance totale, Cheickna Demba a acquis les titres fonciers avec Tidiane Daff pour 130 millions de FCFA. Notre richissime pétrolier, après avoir touché la somme restante, refuse de remettre les deux titres fonciers à Daff qui devait à son tour les remettre à Demba. Pis, le fils de San Zou propose l’annulation de la vente et le remboursement de l’argent de Daff, après plusieurs années passées.
Alors qu’il n’a ni donné les titres, ni remboursé la somme perçue, Idrissa Traoré, fils aîné de San Zou, a choisi d’entamer discrètement le morcellement de la parcelle litigieuse d’une superficie globale de 8h50a sise à Baguinéda. Pour y arriver, il a mis les titres au nom de la société de promotion immobilière au Mali (SOPRIMA) afin de distraire diverses parcelles de terrain au profit toujours de ladite société.

Et cela malgré l’acte de pré-notation sur lesdits titres et dont il n’est plus le propriétaire.
L’objectif de cette pré-notation était de faire obstacle à toute opération juridique concernant les titres, sans son accord et pour quelle que fin que ça soit  jusqu’à ce qu’il en soit autrement décidé.

Mécontent de cette attitude, Tidiane Daff a porté plainte auprès du tribunal de grande instance de la commune VI du District de Bamako pour abus de confiance et escroquerie. C’est ainsi que le procureur du tribunal a délivré un mandat d’arrêt contre Idrissa Traoré, mais en ignorant la force de frappe de l’homme.

De cette livraison de mandat d’arrêt à nos jours, il y a plusieurs années, Traoré vague librement à ses préoccupations, malgré l’alerte des policiers et gendarmes. La question est de savoir si cet homme est au-dessus de la loi ; ce qui pourrait expliquer un tel retard dans l’arrestation d’une personne soupçonnée d’escroquerie. Nous avons cherché vainement à joindre Idrissa Traoré pour avoir sa version.

Y. Doumbia
Le Débat du 30 Juillet 2019