Partager

Le mercredi 23 Juillet 2008, le directeur de l’association “Avocats Sans Frontières” de France, M. Hugo Mondiki Jombwé, et le président de ladite association pour le Mali, Maître Amadi Karambé, ont tenu une rencontre de presse au centre de laquelle les échanges ont porté sur le Projet “Tours juridiques au Mali” qui va bientôt démarrer sous la houlette de “Avocats Sans Frontières-Mali“.

Les échanges ont surtout porté sur les contours de ce Projet soutenu par l’Union Européenne (UE), à travers le programme ARIANE. Rappelons que l’Etat malien, dans sa volonté de tenir ses engagements en matière de respect des droits de l’Homme et de fonctionnement d’une justice équitable pour tous, a entrepris depuis une dizaine d’années, de reformer le système judiciaire.

L’esprit de cette reforme est principalement contenu dans le Programme Décennal de Développement de la Justice (PRODEJ). Et ce Projet, qui concerne trois régions -à savoir : Ségou, Sikasso, et Koulikoro-, comporte trois axes, ont indiqué les conférenciers qui, par la même occasion, ont tenu à apporter des précisions au cours de cette conférence.

Ces trois axes indiqués sont l’information juridique à l’endroit des populations et des détenus des localités ; l’assistance judiciaire à apporter aux détenus des cas les plus problématiques, avec une priorité faites aux femmes et aux mineurs ; le renforcement des capacités des acteurs judiciaires ; et la facilitation de leur collaboration, dans la perspective du respect des droits de l’Homme.

Cette initiative de l’association “Avocats Sans Frontières“ est d’autant plus importante pour les Maliens que le fonctionnement du système judiciaire connaît un certain nombre de difficultés. Parmi ces multiples difficultés, les plus importantes sont surtout (et entre autres) la difficulté d’accès de la plupart des populations (et des détenus en particulier) à l’information juridique et au système judiciaire, notamment les femmes et les enfants.

Il faut également noter, entre autres, l’absence d’un service d’aide judiciaire au bénéfice des populations vulnérables et les problèmes liés à la détention provisoire abusive.

Aussi est-il important de souligner que l’ambition des partenaires du Projet est de tirer rapidement les enseignements de l’exécution de la présente action, afin de bâtir un plan stratégique sur trois à cinq ans, permettant d’appuyer les efforts de l’Etat malien en matière d’accès à une justice équitable et de respect des droits de l’Homme.

Selon le président de “Avocats Sans frontières-Mali “, Maître Amadi Karambé, ce Projet “Tours juridiques au Mali” pourra permettre d’étendre l’action sur l’ensemble du territoire national, tout en approfondissant le contenu des activités pour un meilleur accès au droit et à la justice pour tous au Mali.

Aux dires des conférenciers, le coût financier du Projet est estimé à environ 70 millions de FCFA. 30 millions de F CFA de ce montant représente une contribution du programme ARIANE. Les initiateurs du Projet comptent également sur le soutien d’autres partenaires qui ne tarderont pas à se manifester, informent- ils.

Laya DIARRA

25 Juillet 2008