Partager

Cette situation très déplorable constatée aux heures de pointe depuis quelques jours est consécutive au marquage du goudron par des bandes blanches.

L’Avenue du 5 septembre qui va du monument de la Paix à l’Avenue de l’indépendance, très fréquentée à temps normal, est devenue impraticable.

C’est de longues files de voitures qui roulent à zéro à l’heure au moment où les usagers sont pressés de rejoindre leur lieu de travail.

Les autorités responsables du marquage de la principale voie d’accès au Palais des Congrès, site retenu pour la rencontre des Chefs d’Etat, auraient pu faire ce travail nuitamment et rendre plus fluide la circulation le jour.

Le moment choisi pour faire ce marquage de la voie n’est pas apprécié par les usagers qui estiment que les autorités en font à leur tête. Le marquage de la route qui mène au Palais de Koulouba a été fait en dehors des heures de travail.

Nous avons tendu notre micro au 2e adjoint au maire du District afin de mieux vous édifier sur le choix de l’heure des travaux et savoir davantage sur de longs bouchons qui perturbent la circulation.

Vous avez raison quelque peu de nous dire de faire ce travail nuitamment en dehors des heures de travail. Quand on est dans une contrainte de temps, on est obligé de subir les désagréments que ces travaux peuvent causer.

Vous n’êtes pas sans savoir que le sommet Afrique-France n’est qu’une question de jour. Les travaux sont effectués de jour comme de nuit.

Si ces travaux occasionnent des embouteillages, je pense que la paisible population du District va devoir concevoir cette situation passagère.

On fait ces travaux dans l’intérêt de nous tous. Nous sommes pris dans une contrainte de temps qui fait en sorte qu’on n’a pas le choix, a-t-il dit.
Donc la population du District, en attendant la tenue du Sommet Afrique-France, doit prendre son mal en patience.

Tiémoko TRAORE

17 novembre 2005.