Partager

Dans la situation politique actuelle du Mali, quand on regarde la carte politique du Nord- Mali, c’est la majorité qui devient minorité. «Sur 12 personnes, les 10 membres de la liste sont tous des gens de la peau claire», (Malijet.co13/07/2016).

A partir de la situation actuelle, les sédentaires de Gao doivent penser à revenir sur le mode de choix de leurs représentants. Ils doivent penser à l’éclatement des villages et cela est une nécessité pour leur propre existence en tant que citoyens majoritaires de la région.

A la place des fractions et tribus des Touaregs et des Arabes, chaque village sédentaire doit être éclaté en fonction des composantes de sa population.
Dans chaque village, il y’a plusieurs ethnies qui le composent. Dans le même village, on peut trouver des Songhays, des Sorkos, des Armands, des Peulhs, des Bellahs. Il y a aussi la présence de plusieurs quartiers et des îlots qui composent chaque village.
Dans le choix des représentants de chaque village, il faut tenir compte des représentants de chaque composante du village.

Les Songhays ont aussi des différences en fonction de leurs ancêtres. Les Armands sont au nombre de sept à huit groupes dont les Adraouis, les Almindachs, les Laloudjis, les Hamahoudjis, etc.

Les Peulhs sont aussi représentés par plusieurs groupes. Cela ne va jamais amener à une division fondamentale car l’Islam est un facteur unitaire des populations, mais cela va conduire à une plus grande représentativité des populations au sein des instances de décision pour conduire au développement et au progrès social.
Cela va aussi conduire à la réparation d’une injustice créée de toute pièce par la politique du putschiste Moussa Traoré. Ce dernier a été le premier homme politique du Mali à créer les problèmes dans le nord du Mali en créant une politique de division qui avait conduit à favoriser des groupes sur d’autres.

Yacouba Aliou

21 Novembre 2016