Partager

L’exploitation de l’or vient de connaître un nouvel envol dans notre pays. Cela, grâce à la signature de l’Avenant n°2 de la Convention d’établissement de la Société des mines d’or de Sadiola (SEMOS SA) par le ministre du Commerce, de l‘Industrie et des Mines, Ahmadou Touré. Ce projet, relatif à l’exploitation du sulfuré profond, va rapporter au Mali 193 milliards FCFA et permettra également de rallonger la durée de vie de la mine jusqu’en 2025.

La cérémonie de signature de cette convention s’est tenue dans l’après-midi du vendredi 1er juin 2012 dans les locaux du département des mines. C’était en présence des membres du cabinet du ministère du Commerce, de l’Industrie et des Mines, du Senior Vice-président Afrique de l’Ouest de la SEMOS, Christian Rampa, et du Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Touré.

Avec la signature de cet Avenant n°2 à la Convention d’établissement, l’investissement pourra désormais atteindre 384 millions de dollars, avec une réserve estimée dans l’étude de faisabilité à plus de 120 tonnes d’or. Elle marque ainsi le début d’une ère nouvelle pour l’industrie minière au Mali.
Pour le ministre Touré, l’exploitation du gisement profond constituera un défi technologique, financier et environnemental qu’il va falloir relever pour gagner ensemble, avec le concours de tous les partenaires. A ses dires, cela nécessitera plus de rigueur, d’abnégation, de volontarisme et aussi de solidarité entre tous les acteurs.

Le projet demande aussi le maintien d’un climat apaisé, où une véritable politique de communication et de dialogue devra s’installer entre la société, la communauté locale et les travailleurs de la mine. Selon le ministre, l’exploitation du sulfuré profond de Sadiola va permettre, certes, une augmentation de la production et, par conséquent, un accroissement des revenus pour l’économie de notre pays, mais il va conforter également la position du Mali en tant que pays minier émergent dans la sous-région.

«Il ne fait aucun doute que ce projet suscite déjà beaucoup d’espoirs, notamment en matière de création d’emplois, de développement socio économique et des apports attendus de la mine dans le développement durable des communautés riveraines.

Le Gouvernement du Mali, dans sa politique de valorisation des ressources du sous sol, a fait de l’exploitation minière un axe prioritaire et un levier pour le soutien de la croissance de notre économie. Aussi, voudrais je encourager les compagnies minières à poursuivre leurs programmes d’exploration et les assurer que mon département et les plus autorités de notre pays ne ménageront aucun effort pour sécuriser les investissements miniers au Mali», a conclu Me Ahmadou Touré.

Youssouf Diallo

04 Juin 2012