Partager

Jamais une augmentation de prix n’a suscité autant d’adhésion au Mali que celle du prix de la bouteille de gaz butane décidée par le ministre de l’Economie et des finances. Une première en la matière. C’est vrai que le consommateur malien va débourser un peu plus désormais pour avoir sa bouteille de gaz, le prix de la bouteille 6kg passant de 2 500 F à 3 500 FCFA. Quant à la bouteille de 12 kg, elle reviendra à 11 000 F au lieu de 9 000 FCFA.

Cette augmentation qui devrait en principe être mal perçue en cette période de crise est curieusement bien appréciée tant par les consommateurs et les opérateurs gaziers qui se retrouvent aujourd’hui soulagés que par l’Etat qui profite de l’occasion pour alléger sa subvention. C’est dire donc que cette augmentation qui était prévue de longue date a différentes justifications.

De source proche du ministère de l’Economie et des finances, l’augmentation du prix de la bouteille de gaz butane vise a pallier la rupture de stock de gaz butane que nous connaissons depuis un certain temps. En vérité, la bouteille de 2 500 FCFA, c’est-à-dire de 6 Kg, coûte en réalité 6 000 FCFA. La différence entre le prix de vente et le prix réel qui est de 3 500 FCFA est payé par l’Etat. Cette subvention a coûté à l’Etat près de 7 milliards de FCFA cette année.

Si l’objectif recherché à travers la subvention est de protéger la faune et la flore, c’est plus ou moins réussi. Il n’en demeure pas moins que cela a provoquée un grand courant de fraude vers les pays voisins comme le Burkina Faso, la Guinée Conakry, la Cote d’ivoire entre autres. En effet, cette bouteille de gaz de 6 Kg vendue à 2 500 FCFA au Mali, coûte environs 6 000 FCFA dans tous les pays de la sous -région.

Ce qui fait que le gaz subventionné par le Trésor public malien se retrouve dans les pays limitrophes, causant de temps en temps des pénuries même au Mali , Avec cette augmentation de prix de la bouteille de gaz butane, c’est la fin de l’ère des spéculateurs qui s’adonnaient à l’exportation frauduleuse des bouteilles de gaz butane de nos sociétés gazières vers les pays limitrophes.

C’est en outre une relance pour lesdites sociétés qui peuvent désormais espérer sur le recouvrement des arriérés de paiements dus par l’Etat malien.

Birama FALL

03 Septembre 2012