Partager

Sommé par le Front pour la Démocratie et la République (FDR) de procéder à l’audit du ficher électoral, le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le Général Kafougouna Koné, rejette la responsabilité sur la Délégation générale aux Elections (DGE). A moins de trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle du 29 avril, le dossier du ficher électoral et le positionnement des candidats sur le bulletin unique risquent d’entacher la crédibilité du vote.

A moins de trois semaines de la tenue du 1er tour de l’Élection Présidentielle du 29 avril prochain, la polémique autour de l’audit du fichier électoral et le positionnement des candidats sur le bulletin de vote unique s’accentue entre le Front pour la Démocratie et la République (FDR) et le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le Général de Division Kafougouna Koné.

Tout est en effet partie de la Lettre N°002/2007-SG/FDR en date du 2 avril 2007 dans laquelle le Secrétaire Général du FDR, Docteur El Madani Diallo, a, au nom du Front pour la Démocratie et la République (FDR), demandé au ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales de satisfaire à leur droit républicain de procéder à l’audit du fichier électoral.

Il avait aussi sollicité, dans un souci de justice et d’égalité des candidats devant le vote, que l’ordre d’impression des candidats sur le bulletin unique soit établi par tirage au sort public. Ce qui, selon lui, garantirait la transparence et la neutralité de l’administration vis-à-vis des intérêts des différents candidats.

A cette lettre, le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales réagira dès le 5 avril 2005 en répondant point par point par lettre N°1128/MATCL-SG aux griefs soulevés par le Secrétaire Général du Front pour la Démocratie et la République.

En ce qui concerne l’audit du fichier électoral, le Général de division Kafougouna Koné rappellera tout d’abord que le fichier électoral relève de la compétence de la Délégation générale aux Élections (DGE) en vertu de l’article 25 de la loi N°06-044 du 4 septembre 2007 portant loi électorale. Et à ce titre, les modalités de sa gestion sont déterminées par le décret N°02-118/P-RM du 8 mars 2002.

Il demandera par conséquent au FDR de saisir la DGE à laquelle copie de leur lettre a été adressée.

Pour ce qui est du positionnement des candidats sur le bulletin unique, le Général de Division Kafougouna Koné fera savoir au FDR que dans le même souci de justice et d’équité, la question du positionnement des candidats a été réglée par sa décision N°07-0071/MATCL-SG du 19 mars 2007 dans laquelle il est précisé que le classement des candidats sur le bulletin de vote unique se fait conformément à l’ordre résultant de la liste définitive des candidatures publiées par la Cour constitutionnelle, les casiers rectangulaires se suivant à l’horizontale de gauche à droite et de haut en bas de la page.

Dès sa réception, le Secrétaire Général du Front pour la Démocratie et la République, le Docteur El Madani Diallo rejeta en bloc les termes de cette lettre ministérielle et les argumentations qui y sont développées.

En effet, dans la correspondance N/L : N°005/SG-FDR/07 en date du 10 avril 2007, Docteur El Madani Diallo répondra au Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales en termes clairs.

En ce qui concerne l’audit du fichier électoral, il tiendra à rappeler au Général Kafougouna Koné que nonobstant l’article 25 de la Loi électorale qui stipule que : « La délégation générale aux Élections est chargée de l’élaboration et de la gestion du Fichier électoral« , l’article 26 de la même loi précise que « le Ministre de l’Administration Territoriale assure : la préparation technique et matérielle de l’ensemble des opérations référendaires et électorales ; l’organisation matérielle et du référendum et des élections ; l’élaboration des procédures et actes relatifs aux opérations électorales référendaires… »

C’est pour cette raison que nous vous avions adressé notre requête, avec d’ailleurs ampliation à la DGE, dira Docteur El Madani Diallo.
Néanmoins, ajouta-t-il, après réception de votre réponse, nous avons saisi directement la DGE avant d’insister auprès du Ministre en disant : « Nous restons donc dans l’attente d’une suite diligente, convaincus que cette demande est légitimement fondée, pour des élections transparentes et crédibles auxquelles tout le peuple malien aspire« .

Quant au cas spécifique du « Bulletin Unique« , le Docteur El Madani Diallo fera savoir au Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales qu’ils ne comprennent pas que la question du positionnement ait pu être « réglée » à son seul niveau, sans concertation préalable avec les acteurs concernés, par une simple décision.
Compte tenu de l’importance de la question, « nous ne saurions accepter une telle situation et réitérons notre demande« , déclara-t-il.

Pour éviter la fraude avec le système du bulletin unique, le FDR, à travers son Secrétaire Général, estime qu’il est indispensable que « les dits bulletins soient issus de carnets à souche, qu’ils soient numérotés et que leurs affectations dans les différents bureaux de vote soient répertoriés de façon précise et contrôlable, ce qui en assurait la traçabilité« . Ces numéros, ajouta le FDR, devraient aller de 000 0001 au nombre exact d’électeurs inscrits, soit 6 884 524, selon « l’état récapitulatif des électeurs et des bureaux de vote » publié par la DGE, édition mars 2007.

Ces exigences ne sont autres que des remparts contre la fraude. Force est donc de constater que le Front pour la Démocratie et la République est aujourd’hui prêt à se battre, à utiliser tous les moyens pour pouvoir endiguer la fraude.

Birama Fall

11 avril 2007.