Partager

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a reçu hier en audience une délégation de la Chambre de commerce d’industrie du Mali (CCIM), conduite par son président Youssouf Bathily. La rencontre s’est tenue en présence du ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed.

À sa sortie d’audience, Youssouf Bathily a confié à la presse qu’ils ont abordé avec le président de la Transition les différentes préoccupations du secteur privé à travers un Plan de mandature que la CCIM a eu à élaborer et à faire approuver par les élus consulaires. Il a aussi révélé que par rapport à la situation actuelle du pays, la délégation a pu toucher du doigt les difficultés que rencontre aujourd’hui le secteur privé, avant de réitérer son accompagnement à la Transition.

«Nous avons longuement échangé avec le président de la Transition. Il nous a demandé de tenir bon, d’accompagner la Transition. Il a invité le secteur privé à jouer un rôle important en cette période de transition et à œuvrer pour la paix et la cohésion sociale», a dit Youssouf Bathily.

Le président de la CCIM a ajouté qu’ils en ont profité pour solliciter l’appui de la Transition en faveur du secteur privé. «Nous sommes conscients que le moment n’est pas propice pour soumettre des doléances à cette équipe de Transition. Nous savons la situation qui prévaut dans le pays. Néanmoins, nous avons soulevé certaines difficultés pour que l’État puisse les prendre en compte», a-t-il insisté.

Ces difficultés sont, selon lui, relatives aux impôts et aux taxes. Il dit avoir informé que la Chambre de commerce a également élaboré un Plan de mandature basé sur la réalisation des infrastructures qui soutiennent les activités des entreprises, telles que les aménagements des zones industrielles, la réalisation des centres de formation dans toutes les capitales régionales du pays, un programme de modernisation des marchés du Mali.

«Nous voulons que l’État accompagne le secteur privé pour être dans les meilleures conditions et à faire face à l’insécurité qui prévaut dans le pays», a-t-il dit.

Soulignant le rôle important que le secteur privé a joué de 2012 à nos jours, il a indiqué que les opérateurs économiques ont contribué à la stabilité économique du pays.

Aminata Dindi
SISSOKO

Source: ESSOR