Partager

Le siège du Patronat du Mali a servi du cadre, le samedi 25 janvier dernier, à la tenue de l’Assemblée Générale ordinaire de l’Organisation Patronale des Entrepreneurs de la Construction du Mali (OPECOM) sous la présidence de son président M. Ismael Diallo. Au menu, la présentation du rapport d’activité 2013 de l’organisation et plusieurs autres questions pertinentes touchant le monde des BTP du Mali, notamment l’épineuse question de l’effondrement des immeubles dans le District de Bamako.

A l’entame de ses propos, le président de l’OPECOM n’a pas manqué de faire un rappel sur le contexte difficile du secteur des BTP , marqué par l’impact négatif des événements de 2012 tout en soulignant la place et l’importance des Entreprises du BTP dans la relance de l’économie.

En effet, l’OPECOM tient son Assemblée Générale dans un contexte ou le chômage des Entreprises du BTP, avec son corollaire de licenciement des personnels et autres problèmes financiers, a beaucoup affecté le moral des membres du Bureau.

Le président de l’OPECOM n’a pas passé sous silence le phénomène d’effondrement des immeubles qui intervient cers derniers temps dans le District de Bamako. Il dira que le phénomène interpelle tous les entrepreneurs de construction. Pour être à l’abri de telle situation, dira le président de l’OPECOM, il faudra désormais associer les vrais professionnels du BTP dans la réalisation des travaux.

A noter que le Bureau Exécutif de l’OPECOM a échangé avec les autorités du pays sur plusieurs questions pendant l’exercice 2013. Il s’agit entre autres, de la question du Nord avec ses corollaires d’impacts négatifs sur le secteur BTP, celle relative à la Participation des Entreprises nationales par sous-traitance ou co-traitance avec les Entreprises étrangères pour les grands travaux dans le cadre de la reconstruction du pays.

Aussi, l’assouplissement des critères des DAO (chiffre d’affaires, montant des cautions et références techniques) pour permettre la participation du plus grand nombre d’Entreprises nationales aux futurs travaux de reconstruction du Mali.

S’agissant du problème du Bâtiment qui s’est effondré à l’ACI 2000, l’OPECOM a fait sa proposition au gouvernement que désormais les travaux de tout bâtiment à partir de R+2 soient exécutés par les vrais professionnels (architecte, géomètre, urbaniste, bureau d’étude, laboratoire et Entreprises agréés).

D. Kouriba

Tjikan du 28 Janvier 2014