Partager

En effet, après 48h de débrayage et une semaine de discussions, et malgré les efforts de la commission de conciliation et du comité de suivi, le Syndicat des Travailleurs du Rail (SYTRAIL) et la direction de Transrail, n’arrivent toujours pas à trouver de consensus autour des points de revendications du syndicat.

En effet, un préavis de grève de 72 heures des 15 et 16 mars derniers, contenait 7 points revendicatifs sur lesquels les deux parties seraient proches d’un accord sur un seul point, celui concernant la revalorisation de la situation administrative des travailleurs de Transrail.

Par rapport à la dénonciation du non respect du protocole du 25 juin 2004, relatif à l’adoption d’une nouvelle grille, pour Mr Berthé, propositions sont faites par rapport à ce point.

Le Sytrail aimerait cependant plus de concret et que des dates d’application précises soient proposées.

Concernant l’équité des salaires de tous les travailleurs, aucune avancée n’a été notée par le syndicat, mise à part la désignation d’une commission destinée à travailler sur le sujet.

Les points de divergence entre le syndicat et la direction de Transrail concernent la gestion équitable du personnel, la non obtention des documents signés avec le syndicat relatifs aux primes et indemnités, la non prise en compte des avantages sociaux, le non respect des textes de la convention de concession concernant notamment le nombre des expatriés, ainsi que le non respect de l’uniformisation des primes d’ancienneté dans les deux Etats (Mali, Sénégal), malgré l’existence de documents officiels dont la prise en compte résoudrait le problème.

Cependant, hier durant toute la journée, à la direction nationale du travail, les discussions ont eu lieu entre la direction de Transrail et le syndicat.

22 Mars 2005