Partager


Réuni autour du PDES en conférence de cadres, le dimanche 20 avril au CICB, le Mouvement Citoyen a réussi à sortir de la torpeur où il s’était installé depuis l’élection présidentielle d’avril 2007. En effet, nombreux sont les responsables de cette association qui ont répondu à l’invitation de son tout nouveau président, Hamed Diane Séméga. Cependant, il n’a pas été question que du PDES. Les cadres du Mouvement citoyen ont interpellé leur directoire pour qu’il s’investisse auprès des plus hautes autorités du pays pour les mettre à l’abri du chômage et permettre aux opérateurs économiques se réclamant de l’Association d’accéder aux marchés publics dont ils se disent «systématiquement écartés».

Le principal conférencier de cette journée de sensibilisation sur le PDES, le ministre Ahmed Sow, s’est employé avec éloquence à expliquer à l’auditoire que le PDES est un bon programme pour le Mali. Il a relevé, de façon synthétique les neuf priorités au coeur du PDES : une plus forte croissance économique (7 % au moins par an) le développement du secteur privé : le pari des PME, le pari sur les ressources humaines, le défi de l’emploi des jeunes, les femmes au coeur du développement, le soutien aux initiatives culturelles et sportives, la participation des Maliens de l’extérieur au développement du pays et enfin la diplomatie.

Le deuxième conférencier, Seydou Cissouma, Conseiller technique en charge de la communication à la Présidence de la République, s’est appesanti sur le renouveau de l’action publique dans le PDES. Selon lui, un programme se juge sur la base de la crédibilité. «En 2002, le président ATT a proposé le consensus aux Maliens. Il a ainsi invité les gens à se retrouver autour de lui, Il l’a concrétisé. De même, il avait promis de démocratiser le téléphone. Aujourd’hui, le téléphone coûte moins cher au Mali que dans plusieurs pays voisins. Il avait promis de construire 3 000 logements, il en a construit plus de 4 000. Il s’était engagé à aider les malades du sida, aujourd’hui, nous sommes parmi les pays les plus enviés en matière de lutte contre le sida. Il avait promis de faire la promotion des cadres maliens, actuellement ils sont visibles dans les instances sous-régionales et internationales, sans compter les grands fora que le Mali a organisés. On peut citer mille et un exemples. ATT ne s’engage pas sur ce qu’il ne peut pas réaliser. La dimension humaine de l’action publique, le respect par rapport à la chose publique sont autant d’actions que l’on reconnaît à ATT» a déclaré Seydou Cissouma sous un tonnerre d’applaudissements.

Aussi, a-t-il expliqué aux cadres du Mouvement Citoyen que le PDES n’est qu’un prolongement des engagements pris par ATT en 2002. Enfin, il les a invités à être fiers de ce bilan, à se l’approprier, à l’amplifier et à le défendre partout.

Le troisième conférencier, M. Ballo a développé le thème portant sur l’emploi des jeunes dans le PDES.

On retient de son exposé qu’il s’agira, désormais, de former des jeunes à des métiers porteurs tels que le machinisme agricole, les BTP, la création et gestion d’entreprises, les métiers de techniciens et, enfin, réconcilier les jeunes avec la terre.

Au cours des débats, nombreux sont les intervenants qui sont sortis du cadre pour interpeller le ministre Hamed Diane Séméga et ses camarades sur l’avenir du Mouvement Citoyen. Certains, à l’instar de l’honorable Mme Haïdara Aïchata Cissé, ont dénoncé le fait que les cadres sont marginalisés dans la gestion du pouvoir.

D’autres comme Dagamaïssa, le mari de Babani Koné, ont clairement demandé des promotions pour les cadres compétents et des marchés publics pour les opérateurs économiques du Mouvement Citoyen qui ont mouillé le maillot et qui se retrouvent, aujourd’hui, bredouilles.

Les plus objectifs disent oui à la promotion mais non au laxisme. Ce groupe d’intervenants parmi lesquels Me Aboubacrine Boubèye Maïga estiment qu’une promotion se mérite et ne se distribue pas à travers la possession de la carte du Mouvement Citoyen.

A la fin des débats, le ministre a promis de poursuivre le travail entamé dans le cadre du PDES, en associant toutes les régions du Mali à cette démarche.

A suivre.

Chahana TAKIOU

22 avril 208.