Partager


Dès les premières heures de son règne, ATT surprend les observateurs par rapport à la gestion d’un certain nombre de dossiers dont l’EDM, la CMDT, la lutte contre la corruption et la pauvreté, entre autres. Lesquels se sont posés les questions suivantes : Est-ce un deal entre lui et son prédécesseur? Est-ce une approche personnelle reflétant sa personnalité, une approche qui puise ses sources dans les racines profondes de la culture malienne? Selon l’adage“on peut retirer sa main de celle d’un lepreux sans faire d’accrocs”.

Ce qui veut dire que ATT et Alpha peuvent cheminer ensemble. Et à un moment donné, le premier a donné l’impression d’apporter son style à la gestion du pouvoir. Jugez-en vous mêmes: ATT à Cancun avec ses pairs africains pour plaider la cause africaine; ATT à la CMDT, exprimant ainsi un courage politique qu’il faut saluer; ATT à Mayel, lors de sa visite à Nioro, symbolisant ainsi la présence du premier chef d’Etat malien en ce haut lieu de l’histoire de notre pays où la resistance anti-coloniale s’est exprimée avec force, …

Peut-on donc dire qu’ATT a navigué à vue pendant son premier mandat ? Assurément non. Puisque ces exemples reflètent le profil d’un homme qui semble avoir bien assimilé ses leçons au cours de la décenie Konaréenne. En tout cas, de 1960 à nos jours, parmi les chefs d’Etat qui se sont succédés au Mali, ATT est le seul qui a l’avantage de parler trois langues nationales : le fulfuldé, le Sonrhaï et le bamanan. Un atout non négligeable. Selon nos sondages, il reste l’homme politique le plus influent à l’intérieur du pays.

En tout cas, pendant que les chefs de partis sont cloitrés à Bamako, ATT a gagné des galons sur le terrain. Et chaque fois qu’une réalisation est faite par l’Etat, les populations disent que c’est le président qui est le donateur. Ont-elles tort? Certainement non. ATT a prouvé que pour régler les problèmes des populations, on a pas besoin de discours académiques, qu’il faut plutôt l’acte à la place de la parole. Et à aucun moment de sa gestion, il n’a remis en cause les principes sacro-saints de la continuité de l’Etat.

Du reste, l’institution du Vérificateur Général tranche nettement avec la lutte contre la corruption et la délinquance financière engagée par Alpha. ATT a plutôt institutionnalisé et professionnalisé cette lutte. C’est normal que les dinosaures politiques tremblent. Ce n’est donc pas un hasard si la majorité des électeurs avaient voté pour lui lors de la dernière présidentielle. C’est pourquoi, il a à son actif un bon bilan faisant de lui le principal favori du scrutin du 29 avril. Et ce ne serait pas une surprise s’il était réélu dès le premier tour.

Oumar SIDIBÉ

05 avril 2007.