Partager

Autorité de régulation des marchés publics et de Délégation des services publics (ARMDS) a ouvert deux sessions de formation de perfectionnement à l’intention des membres des sections administratives et des comptes de la Cour suprême (CS), de l’Association des contrôleurs, inspecteurs et auditeurs du Mali (Aciam) et aussi à l’Association des femmes comptables libérales (Afcol).

La cérémonie d’ouverture des travaux de ces deux sessions de formation s’est déroulée hier mardi à Bamako, sous la présidence du président de L’ARMDS, Alassane Ba. Il avait à ses côtés le président de la Cour suprême du Mali, Nouhoum Tapily. Cette série de formations à l’intention des membres des sections administratives et des comptes de la Cour suprême (CS), de l’Association des contrôleurs, inspecteurs et auditeurs du Mali (Aciam) et aussi à l’Association des femmes comptables libérales (Afcol) se tiendra du 25 au 29 septembre 2017. L’objectif de ces ateliers est de renforcer les capacités des participants sur les procédures de passation des marchés publics, d’exécution, de contrôle et de règlementation des marchés publics et sur les audits des marchés publics.

Différents thèmes au centre de cette série de formations sont: « « Le lexique des marchés publics » ; « Les procédures de conclusion des marchés publics » ; « L’information relative aux marchés publics », « L’introduction et les objectifs d’audits des marchés publics » ; « La réalisation d’audits des marchés publics » ; etc. ».
Le président de l’ARMDS, Alassane Ba, a rappelé les principales missions de sa structure qui se résument à la formation de l’ensemble des acteurs de la commande publique dans le domaine de la passation des marchés publics, de l’exécution et du règlement des marchés publics. Et d’ajouter que le taux de réalisation relatif à cette mission se chiffre à ce jour à 80% sans compter les présentes formations, celle actuellement en cours dans le cercle de Yanfolila et le reste du programme en cours de préparation.

Ces formations sont d’une grande importance pour la bonne gouvernance.
« Les enjeux de la bonne gouvernance recommandent aujourd’hui que les différentes composantes de la société malienne, notamment l’Etat et ses démembrements, le secteur privé, la société civile, les autorités administratives indépendantes et surtout les magistrats sans oublier les vérificateurs, contrôleurs et inspecteurs, soient mieux imprégnées des dispositions du code des marchés publics », a indiqué M. Ba. Et d’ajouter que « la maîtrise de l’outil de la passation des marchés publics constitue un des moyens efficaces qui vous permettront, sans nul doute, d’améliorer la qualité de vos interventions ».

Le président de la Cour constitutionnelle, Nouhoum Tapily, a invité les participants, compte tenu de l’importance de ces sessions de formation, à suivre avec assiduité les différents travaux.

Youssouf Coulibaly

L’Indicateur du Renouveau du 27 Septembre 2017