Partager

Une Cour d’appel sud-africaine a rejeté vendredi à Johannesburg la demande de mise en liberté sous caution du Nigérian Henry Okah, soupçonné d’être le cerveau des attentats à la voiture piégée commis le 1er octobre à Abuja.« La Cour avait deux bonnes raisons de refuser cette demande de mise en liberté », a indiqué le juge Flip Hatting, ajoutant que la santé du suspect n’était pas un motif recevable pour le relâcher.Lors des audiences, il a assuré n’avoir jamais été un leader du Mend, le groupe armé qui depuis 2006 a fait chuter de près d’un quart la production pétrolière du Nigeria en multipliant les sabotages et enlèvements dans la région pétrolifère du delta du Niger (sud du Nigeria).L’accusation a affirmé le contraire .Quatrième de neuf enfants d’un officier supérieur de la marine de guerre, il serait devenu un militant actif à la suite de l’exécution en 1995 du défenseur des droits de l’homme Ken Saro-Wiwa qui demandait plus de justice dans la région du delta du Niger.En dépit du fait qu’elle abrite des industries pétrolières parmi les plus importantes du monde, cette région méridionale du Nigeria demeure profondément déshéritée. Des fuites de pétrole l’ont aussi largement polluée.AFP.