Partager

Un comptable du nom de Lassina Sangaré domicilié à Kalaban- Coro accusé « d’atteinte aux biens publics et complicité d’atteinte aux biens publics » a été condamné ce 9 Décembre 2013.

Accusé d’avoir frauduleusement soustrait la somme de 10.655.000 F CFA dans la caisse du laboratoire national de la santé, la cour d’assises de Bamako a condamné Lassina Sangaré à 3 ans. Les faits remontent de juin au à décembre 1999. Lors des investigations, il s’est avéré un manque de la somme de 10.655.000 F CFA, révélé à la charge de ce dernier comme étant un déficit.

Lassina Sangaré a reconnu les faits qui lui sont reprochés tant à l’enquête préliminaire qu’à l’information. Au cours de l’instruction, il a notamment expliqué une grande partie du déficit de sa caisse par des remises de fonds opérés en faveur de certaine personnes. Ainsi, il a affirmé avoir prêté 1.720.000 FCFA à son ami Bouréima Coulibaly en 1999 pour les activités commerciales de ce dernier, après avoir soutenu dans un premier temps avoir versé à l’intéressé la somme de 8.720.000 F CFA. De même, il déclare avoir remit à plusieurs personnes notamment à des charlatans un montant de 8.050.000 F CFA en vue de leur multiplication, qui n’ont toutes fois pas été identifiés et ni retrouvés.

Bouréima Coulibaly à également reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il reconnu d’avoir reçu de Lassina à titre de prêt la somme de 1.720.000F CFA. Certes, a t-il dit, cette somme n’a pas été remboursé à temps mais elle a été consignée entre les mains d’un proche lors de l’interpellation de Lassina Sangaré, en vue d’un éventuel paiement à la justice. Bouréima Coulibaly a dit qu’il connaissait la provenance des fonds qu’il a reçus, à savoir la caisse que gérait Lassina Sangaré.
Lors du jugement, le procureur s’est exprimé et dit que dans la plupart des cas on est amené à jurer devant la loi en prenant ce genre de fonction. Certaines personnes tout au long de leur carrière ne touchent pas aux biens publics. Par contre, d’autres le font parce qu’ils sont animés par une volonté d’enrichissement illicite.

«Il n’y a aucun justificatif dans le dossier qui prouve qu’il est atteint d’une quelconque maladie mentale qui l’aurait poussé à commettre ce délit », a déclaré le procureur. Avant de requérir une sanction exemplaire contre l’accusé. Quant à l’avocat de la défense, il dit que pendant 17 ans de fonction le sieur Sangaré s’est assumé sans toucher à l’argent public quand bien même qu’il n’avait qu’un salaire mensuel de 40.000 F CFA.

Cheick Larab Diarra

10/12/3013