Partager

– Le juge menacé de mort par le président de la coopérative

– La gendarmerie refuse d’exécuter huit mandats d’amener

Suite à une divergence née dans la gestion des fonds collectés par les villageois de Danga sur leur site d’orpaillage, le juge de paix à compétence étendu de Kangaba, Amadou Kaly Diallo est aujourd’hui menacé de mort. Pour la simple raison que le magistrat n’a fait qu’appliquer la loi sans partie pris, en résistant aux tentatives de corruption et d’intimidation du président de la Coopérative multifonctionnelle du village de Danga dans la commune de Nouma, arrondissement de Kangaba. Moussa Magassouba dit Djo Balla et sept de ses camarades qui menacent le juge sont sous mandats de dépôt pour agression des gardes et tentative d’agression du magistrat. Malheureusement, le CB refuse d’exécuter les mandats avec le soutien du préfet et les deux continuent d’être fréquentés par les présumés délinquants qui jurent de créer des ennuis à l’homme de droit et de le faire muter. Amadou Kaly Diallo, qui fait seul face à cette fronde généralisée, est dans une insécurité totale à Kangaba.

Dans notre parution n°3381 du jeudi 14 novembre, sous le titre « Non content de sa gestion des affaires judiciaires : la population de Kangaba et environs réclament le départ du juge Amadou Diallo « . Cet article avait été fait sur la base d’un reportage de terrain au terme duquel notre envoyée spéciale n’avait pas u rencontrer le juge en question. Dans la suite logique de ce premier article, nous avons finalement pu rencontrer le juge de paix à compétence étendu de Kangaba, Amadou Kaly Diallo, le lundi 18 novembre. Au cours de cet entretien, l’homme de droit à réfuter toutes les allégations formulées contre lui par les membres de la coopérative. Pour lui, il s’agit d’un acharnement gratuit contre lui car il n’a fait qu’appliquer la loi.

Selon ses explications, le village de Danga, à 50 km de Kangaba a mis en place d’une organisation pour gérer les ressources collectées sur la vente des tickets sur le site d’orpaillage du hameau de Kokogo. Les sous sont destinés au développement local. Une crise née autour de la gestion de cet argent divise aujourd’hui les villageois en deux tendances. L’une des tendances qui s’est muée en coopérative est dirigée par un certain Moussa Magasouba dit Djo balla qui est très contesté dans le village. » Il y a trois semaines, les populations se sont soulevées pour demander un compte-rendu de la gestion du fonds. Chez le chef du village, la coopérative a présenté 6 millions de FCFA et 600 grammes d’or. Ce solde n’a pas convaincu les populations et la réunion fut terminée en queue de poisson. Les gens se sont jetés sur les sous et l’or qui furent emportés.

La justice a été saisie pour l’ouverture d’une enquête qui a conduit le juge à placer trois personnes (dont deux de la tendance Djo balla) sous mandats de dépôt. Mais libérés ensuite pour faire baissé, la tension qui était à son comble » a expliqué M. Diallo.

Le juge en insécurité totale

Quelques jours plus tard, poursuit le juge, des éléments de Djo balla sont allés agressés l’autre tendance faisant quatre blessés qui ont porté plainte contre Moussa Magassouba et autres. Un soi transmis a été adressé à la brigade de Kangaba qui a conduit, le 7 novembre dernier, 50 personnes devant le juge Amadou Kaly Diallo. Celui-ci placera sept d’entre eux sous mandat de dépôt et trois agents de gardes étaient chargés de les conduire à la prison située à quelques 50 mètres de la Brigade. Aux dires du juge, ces trois gardes ont été interceptés par des gens et tabassés copieusement sans réaction de la gendarmerie.

Le chef du peloton de la garde à porter plainte contre les fautifs pour outrage à l’agent dans l’exercice de ses fonctions. Le juge a aussitôt transmis des mandats d’amener contre les sept personnes et leur chef Djo balla. « La Brigade de gendarmerie chargée d’exécuter ces mandats les a rangés dans les tiroirs et les mêmes personnes continuent de fréquenter la gendarmerie comme pour se moquer de la justice. Pire, ils sont en train de mener des tentatives de soulèvement des populations contre ma personne. Ils disent qu’ils vont me faire muter » a expliqué le magistrat.

Avant d’ajouter : » Dans leur tentative de créer le désordre, il avait promis de marcher le mercredi dernier sur la justice. Il a fallu que je fasse une réquisition à parquet pour informer la hiérarchie et que certaines dispositions soient prises « .

Le juge Amadou Kaly Diallo jure qu’il est conscient de ne faire qu’appliquer la loi. Ce qui l’écœure le plus est l’inaction ou la complicité passive du préfet Komba Samaké et du CB, Drissa Togola. « C’est regrettable qu’un seul citoyen puisse parvenir à mettre toutes les autorités de son côté à cause simplement du pouvoir de l’argent. Le Nommé Djobala est un narcotrafiquant connu de tous et se promène avec un PA au vu et au su des autorités » a conclu le juge.

En tout cas, le juge de Kangaba est aujourd’hui en insécurité totale dans sa localité, il appartient aux plus hautes autorités de prendre les mesures qui s’imposent pour mettre un terme à cette situation.


Youssouf Camara

L’Indépendant du 20 Novembre 2013