Partager

Le plaignant, Saïdi Mohamed Jamal, entrepreneur immobilier et promoteur des Halles de Bamako s’est senti, à travers certains passages de ce brûlot, directement et gravement mis en cause. L’avocat français Jacques Vergès, son conseil, réclame à titre de dommages et intérêt 15 millions d’euros et 100 euros par livre vendu.

Dans la capitale française, l’audience de ce matin est celle de mise en état. Seuls les magistrats en charge de ce dossier et les conseils des deux parties se réuniront pour fixer le montant de la consignation et ensuite la date de l’audience qui doit débattre de l’affaire au fonds.

C’est seulement à partir de cette date d’audience que les éditions l’Harmattan citera ses témoins. Déjà, les noms de quatre responsables politiques et du monde des affaires ont été divulgués comme témoins cités par l’Harmattan. Ce sont, Ibrahim Boubacar Kéïta, président du RPM et de l’Assemblée nationale, Moussa Balla Coulibaly, président du patronat, Jeamille Bittar, président de la Chambre de Commerce et Amadou Boré, président de l’Ordre des Architectes du Mali.

Cependant, ces responsables n’ont pas tarder à réagir et à affirmer qu’ils n’iront pas témoigner dans ce procès.
Birama Fall

17 janv 07