Partager

La cérémonie funèbre des cinq gendarmes victimes d’une attaque terroriste entre Sébabougou et Kouala dans le Cercle de Kolokani a eu lieu, le mercredi 29 septembre 2021, au camp II de la gendarmerie nationale à Darsalam.

C’était en présence du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le colonel-major Daoud Aly Mohammedine, du directeur général de la gendarmerie nationale, le colonel-major Sambou Minkoro Diakité, de plusieurs chefs militaires et paramilitaires, des veuves et parents des victimes.

La grande famille des Forces armées et de sécurité est affligée encore une fois, depuis la matinée du mardi 28 septembre 2021, par la mort de ses vaillants soldats. Il s’agit de l’adjudant-chef Achille Issiaka Dembélé, du maréchal des logis-chef Mamadou Dicko, du maréchal des logis-chef N’Famoussa Sangaré, du maréchal des logis Aly Ouédraogo et du maréchal des logis Mamadou Alimou Diallo, tous précédemment en service au Groupement spécial d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN). C’est au cours d’une mission d’escorte que leur convoi a été la cible d’une attaque terroriste entre Sébabougou et Kouala, le mardi dernier.

De même que les 5 frères d’armes, l’adjudant Daouda Coulibaly, de la brigade territoriale de Massigui, a répondu à l’appel inéluctable du Tout-Puissant dans la journée du lundi 27 septembre 2021, suite à une courte maladie. Il faisait précédemment partie de la mission de Dialloubé, basée à Bandiagara.

Né le 12 avril 1979, l’adjudant-chef Achille Issiaka Dembélé a été incorporé à la Gendarmerie nationale le 15 décembre 2001. Au cours de sa carrière, il a gravi les échelons de l’élève gendarme à adjudant-chef le 1er avril 2018 avec honneur. Il a suivi la formation en Intervention professionnelle (ELI), du 29 mars au 24 avril 2005, la formation des officiers de police judiciaire (OPJ), du 4 février au 18 octobre 2019, la formation au Certificat interarmes (CIA) du 16 novembre 2020 au 28 janvier 2021. L’adjudant-chef Achille Issiaka Dembélé est tombé l’arme à la main au combat contre les obscurantistes à l’âge de 42 ans.

Quant au maréchal des logis-chef Mamadou Dicko, il est né le 21 octobre 1996 à Bamako. Il a embrassé le métier des armes le 24 mai 2016. Après sa formation d’élèves gendarme, il a été affecté au Groupement spécial d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN), du 23 février 2018 jusqu’au mardi 28 septembre 2021, date de son décès à l’âge de 25 ans. Il repose désormais avec le grade de maréchal des logis-chef avant une nomination à titre posthume.

Le maréchal des logis-chef N’Famoussa Sangaré, son sérieux, son enthousiasme et son efficacité lui ont permis de suivre un chemin honorable dans le grade. Ce dernier grade, il le reçoit le 1er octobre 2021. Le Maréchal des logis Aly Ouedraogo, né le 22 mai 1995 à Minta, a intégré la gendarmerie nationale, le 31 octobre 2019. Mis à la disposition du GSIGN depuis 2019, il y est resté jusqu’au 28 septembre 2021, date à laquelle il a rendu l’âme à l’âge de 26 ans.

Le maréchal des logis Mamadou Alimou Diallo, né le 9 décembre 1996 à Dittin, a été incorporé à la Gendarmerie nationale, le 31 octobre 2019, il est tombé au champ d’honneur à l’âge de 25 ans en mission commandée sur la RN1.

Quant à l’adjudant Daouda Coulibaly, né vers 1980 à Sofara, il a été incorporé à la Gendarmerie nationale, le 31 juillet 2005. À l’issue de sa formation, il a servi à la légion Bamako (Groupement d’intervention de la gendarmerie mobile), à la légion Tombouctou, à Escadron 6/1 de la gendarmerie de Goundam, à la légion de Ségou, à la brigade territoriale de gendarmerie de Mandiakuiy, à la légion de Koulikoro, brigade territoriale de Ouéléssebougou, encore la légion Bamako, brigade territoriale de Sénou, la région n°3 Koulikoro, à la brigade territoriale de Massigui. Il tombe les armes à la main à 41 ans.

Après l’oraison funèbre, des bénédictions ont été formulées pour la paix, la stabilité la cohésion au Mali et le repos de ces vaillants fils arrachés à l’affection des parents amis et compagnons d’armes.

Pour les services rendus à la Gendarmerie nationale et à la Nation toute entière, le commandement leur a exprimé sa profonde reconnaissance. Nos vaillants gendarmes ont été conduits à leur dernière demeure au cimetière d’Hamdallaye par une foule de compagnons d’armes, d’amis et de parents.

Source : FAMa