Partager

La mise en liberté provisoire d’Hamidou Tall, accusé d’être en possession de billets qui n’avaient pas cours légal, a été ordonnée mercredi par la Cour d’assises.

En 2005, les agences de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) de Bouaké, Korogho et Man (Côte d’ivoire) ont été cambriolées. Pour éviter l’hémorragie, il a été décidé de démonétiser les billets de la série A censées être volées dans les agences BCEAO des villes du Nord indiquées.

Certains de ces billets démonétisés ont été retrouvés sur certaines personnes dont Hamidou Tall et Seydou Warr tous deux faisant le commerce entre Bamako et la Côte d’Ivoire. Mal leur en a pris, ils ont été arrêtés par Interpol avec 9 millions de F CFA de billets démonétisés, c’est-à-dire qui n’avaient plus cours légal. Du coup, ils se sont retrouvés dans une mauvaise posture.

C’est pour répondre du crime de complicité du vol qualifié par recel qu’Hamidou Tall et Seydou Warr devaient être entendus hier par la Cour d’assises. Si M. Tall a fait le déplacement, son co-accusé n’était pas présent pour n’avoir pas été cité. Une aubaine saisie par le conseil de M. Tall pour demander la mise en liberté provisoire de son client.

« Mon client est sous mandat de dépôt depuis le 29 juin 2005. Ça lui fait 2 ans de détention. Il est marié et père de 2 enfants. Compte tenu de son temps de détention, je sollicite de la Cour qu’il vous plaise d’accéder à la demande de liberté provisoire de mon client », a plaidé Me Aliou Boubacar Traoré.

A sa suite, le représentant du ministère public, Mamadou Diawara, a abondé dans le même sens. « Face à la demande sollicitée par le conseil de M. Tall, après de 2 ans de détention, nous ne nous opposons pas à sa mise en liberté provisoire ».

La Cour, par la voix du président, Mamadou Bagayogo, a reconnu que le dossier n’est pas en état d’être jugé pour citation irrégulière. Suivant son intime conviction, il a ordonné la mise en liberté provisoire de Hamidou Tall sous réserve qu’il verse une caution de 500 000 F CFA.

Mohamed Daou

005 juillet 2007.