Partager


Depuis une semaine voire dix jours avant l’attaque du poste de contrôle de Tin Zawaten, nos autorités militaires seraient dans le bain de cette attaque. D’où le grand renfort de la base pour mieux maîtriser l’ennemi. Parce qu’une réussite de cette attaque isolée pourrait conduire, dit-on, à la reprise totale des hostilités par tous les assaillants du 23 mai 2006. Et dans le schéma actuel, il faut éviter le laisser-aller avec les ex-insurgés. Tous sont-ils anti-Bahanga ?

Le septentrion malien continue d’occuper sa place dans les causeries sur toute l’étendue du territoire national. A la suite bien sûr de l’attaque ayant provoqué des morts et des blessés le vendredi 12 mai 07. Pourtant, à en croire certaines sources, cette attaque n’a nullement été une surprise pour l’armée malienne cantonnée au nord mais sans moyens suffisants, alors que les insurgés vivent comme des pachas. Malgré tout, certains comme Bahanga en demandent non pas pour la région mais pour leurs intérêts individuels.

Depuis cette attaque, le renforcement continue et les patrouilles sont de mise. Mais, sans succès car, comme le dit un adage de chez nous «Si celui qui cherche la pointe l’a sous son pied, elle ne sera jamais retrouvée». Cette patrouille est de la sorte, car effectuée avec les insurgés du 23 mai 2006 qui, à chaque fois que les traces de l’ennemi sont identifiées, il ferait diversion à l’armée qui se promènerait à des centaines de kilomètres pour revenir bredouille.

Vrai ou faux, nous ne saurions vous en dire plus. Ceux qui avancent cette thèse précisent même que cette situation, quelque peu confuse et même paradoxale, est en train de créer des mécontentements chez des officiers de l’armée nationale. Cependant, les militaires sont engagés à en finir avec les insurgés, d’une manière ou d’une autre.

Une chose est sûre, Bahanga et autres feront mieux de se ressaisir alors qu’il est temps, même s’ils ont déjà dépassé des limites. Ils doivent savoir qu’une paix boiteuse vaut mieux que le plus petit des conflits.

Nous sommes un grand et digne peuple depuis le temps des grands empires du Ouagadu, du Mali et de Gao entre autres. Les Maliens sont descendants de braves hommes qui ont bataillé leur vie durant pour que le Mali et les Maliens le soient.

A bon entendeur salut !

B. DABO

18 mai 2007.