Partager

Des militaires ont attaqué dimanche la résidence du président de Joao Bernardo Vieira, faisant au moins un mort, une semaine après des élections législatives censées apporter la stabilité à ce petit pays pauvre et instable d’Afrique de l’ouest. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, a « fermement condamné » cette attaque, selon un communiqué onusien. Le chef de l’Etat bissau-guinéen a affirmé au président de la Commission de l’UA Jean Ping que la « mutinerie » de militaires contre lui avait échoué. Mais la situation restait très tendue dans ce pays, plaque tournante du trafic de cocaïne sud-américaine vers l’Europe. L’attaque de la résidence présidentielle a été menée vers 03H00 par un groupe de militaires. Deux heures plus tard, des « coups de feu » ont été entendus près de la caserne de Mansoa, une des plus importantes du pays, selon des témoins. Dès le début des troubles, le président Viera avait téléphoné à son homologue et voisin, le chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade, qui a alerté la communauté internationale. (Afp)