Partager

La dernière réunion du conseil des ministres a décidé de saisir la Haute Cour de Justice pour poursuivre le président déchu Amadou Toumani TOURE. N’est-ce pas un précédent vicieux ?

Amadou Toumani TOURE serait un traitre ! Sacrilège. Le président évincé du pouvoir un mercredi de mars 2012 en fin de matinée aurait trahi son serment. Il pourrait se retrouver devant une juridiction spéciale pour répondre des délits à lui imputés. Qui aurait cru que IBK irait jusque là ! C’est vrai une responsabilité est individuelle. C’est vrai que le peuple ne confie son destin qu’à une seule personne. C’est vrai que Amadou Toumani TOURE n’a jamais voulu engager son pays dans une guerre. C’est vrai que le Président de la République est le chef suprême des armées. C’est vrai que tout pouvoir cherche à plaire pour se sédimenter à la tête du pays mais de là à remuer le coup dans la plaie c’est se faire hara kiri avant l’heure.

Les activistes du COPA doivent se pourlécher les babines en criant victoire. Ils tiennent à traduire l’ancien président en justice pour trahison. Ils ont battu campagne pour. C’est leur droit. C’est même leur devoir mais est-ce le devoir du président IBK ? L’homme du 19 septembre a trop de dossiers chauds sur sa table pour se laisser divertir par ATT. Vouloir le juger c’est secouer le bateau du voisin Maky SALL déjà enquiquiné par le boulet Habré.

Un autre boulet

Bamako sait pertinemment que l’extradition de ATT ne sera pas un jeu d’enfant, pis il sera plus qu’un jeu d’éléphant. Que cherche-t-on à vouloir juger un homme blessé dans sa chair, chassé de son pays, coupé de ses amis et tenu de garder le silence par devoir de réserve ? Amadou Toumani Touré doit se sentir trahi dans sa résidence dakaroise où des visiteurs du soir lui promettaient une amnistie présidentielle. Nous sommes en politique et si Moussa Traoré a été amnistié, réhabilité et cité en exemple par l’actuel président de la république alors ATT ne doit pas se faire du souci.

Nous l’avons dit à propos de Sanogo. Nous le réitérons pour ATT. Il n’était pas seul et certains de ses collaborateurs siègent encore au conseil des ministres s’ils ne gravitent pas tout simplement dans l’espace présidentiel. Nous espérons nous tromper en pensant que le pouvoir n’a vraiment pas l’intention de perturber la retraite et le retrait de ATT. Nous espérons nous tromper en pensant que le pouvoir, par cette décision rendue publique par Monsieur Baby, invite l’opinion publique à jouer au Baby-foot pour se détourner des vrais problèmes de l’heure. C’est un os à ronger. C’est juste l’application de ce qu’on appelle en communication le système des contrefeux.

Le Mali ne doit pas avoir son avenir dans son passé. Il a besoin de tous ses fils pour sortir du terrier. C’est vrai que rien de solide ne se construira sans justice mais parfois certains compromis permettent de régler des problèmes sinon le Général Moussa TRAORE n’aurait pas eu l’opportunité d’assister à la prestation de serment du président Ibrahim Boubacar Keita. Avec de tels procès, on n’encourage pas les hommes politiques à quitter le pouvoir et à se dire qu’il existe bel et bien une vie après le pouvoir.

Par Makhtar DIOP –

Journaldumali.com – Le 28/12/2013