Partager

lyon.jpg


Le président de la République, Amadou Toumani Touré a ouvert mardi la 7è édition du forum Eurafrique-partners aux côtés des autorités locales de la région Rhône-Alpes en France.

C’est sous les ovations du public que le chef de l’État, le parrain du forum de cette année, a fait son apparition sous les lambris du palais des congrès de Lyon.

Tout de blanc vêtu et coiffé d’une chéchia noire, le président Touré a salué les participants avant de gagner le présidium. Dans son discours d’ouverture, le chef de l’État qui s’est présenté comme le porte-parole de l’Afrique à cette rencontre, a remercié les organisateurs du forum de l’honneur fait à notre pays de parrainer cette édition.

Pour Amadou Toumani Touré, le thème du forum -l’eau et l’énergie en Afrique- est un sujet d’une brûlante actualité au moment où le baril du pétrole vient de franchir pour la première fois la barre des 90 dollars.

Le chef de l’État a plaidé à cette tribune la cause de l’Afrique en soulignant qu’aujourd’hui plus que jamais la problématique de l’énergie s’impose sur le continent de façon pressante.

En effet, les statistiques ne sont pas du tout réjouissantes car à peine 20% de la population africaine, et dans certains pays au plus 5%, ont directement accès à l’électricité. En milieu rural, cette proportion n’atteint pas 2%.

La vétusté des infrastructures énergétiques, centrales et réseaux de transports, sont des facteurs qui entravent le développement énergétique de l’Afrique, a fait remarquer ATT en relevant combien les délestages freinent tout essor économique dans les pays du continent.

Le président Touré constate pourtant que le continent dispose de ressources pour sortir de cette situation. A ce propos, il a cité l’exemple de la République démocratique du Congo qui fait partie des 10 pays totalisant plus de 60% des ressources en eaux naturelles du monde.

IMMENSES POTENTIALITES

Le président de la République juge que si les potentialités hydroélectriques sont exploitées, elles couvriront les besoins du continent en énergie. A cela s’ajoutent les potentiels pétrolier et gazeux sans oublier les sources non négligeables d’énergies renouvelables comme le solaire, l’éolienne, le biocarburant.

L’interconnexion des réseaux, signalera le parrain du forum, constitue aussi une solution pour satisfaire les besoins, à moindre coût.

A ce propos, il a pris l’exemple du Mali qui s’attelle à l’interconnexion de son réseau électrique avec ceux des pays voisins, notamment la Côte d’Ivoire. Ce projet entrera bientôt dans sa phase de réalisation.

Amadou Toumani Touré a également évoqué l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) qui a à son actif nombre de réalisations, notamment le barrage de Manantali et bientôt celui de Félou.

En ce qui concerne l’eau, le président de la République rappellera que notre pays possède d’importantes ressources qui ne demandent qu’à être exploitées. A ce propos, il expliquera que la politique nationale de l’eau ambitionne de satisfaire les besoins en eau potable en quantité, de contribuer au développement des activités agro-syvo-pastorales.

Le président Touré est convaincu que la problématique de l’eau en Afrique n’est nullement liée à la disponibilité du précieux liquide, mais plutôt dans la répartition et surtout la maîtrise de cette matière.

L’eau et l’énergie considérées comme des secteurs névralgiques de l’économie, le chef de l’État estime que l’Afrique peut relever le défi en comptant sur l’aide des bailleurs des fonds.

C’est pourquoi il a lancé un appel aux partenaires techniques et financiers pour réserver, dans leurs interventions, une importance de premier ordre à la consécration rapide des politiques nationales de l’eau et de l’électricité.

Les travaux du forum lyonnais se poursuivent ce matin. Notre pays y est représenté par EDM, la direction nationale de l’hydraulique, l’Amader, Hydro-sahel.

Le président Touré interviendra aujourd’hui devant les élus de la région de Rhône-Alpes très active dans la coopération décentralisée avec notre pays et rencontrera la communauté malienne vivant à Lyon.

Envoyé spécial

M. KEITA-L’Essor

24 octobre 2007.