Partager

Le 8 juin s’inscrit désormais comme date dans l’agenda de la presse. Au total, 169 journalistes et animateurs de la presse malienne et internationale étaient présents à l’invitation de la présidence, dans le cadre de la célébration du quatrième année anniversaire du Président de la République.

D’entrée de jeu, le conférencier a tenu à rappeler qu’il lui serait difficile de faire le bilan de 4 ans de gestion du pouvoir. Néanmoins, il a tenu à faire des rappels : « en 2005, nous avons enregistré un choc difficile avec l’invasion acridienne, mais 2006 se présente mieux avec un taux de croissance de 6% et une bonne production agricole« .

« Nous avons beaucoup investi dans le social. Et ça se paie cher« , a rappelé le président Touré. En guise d’illustration, il a pris l’exemple sur la masse salariale : « en 2002, elle était de 89,5 milliards de F CFA ; en 2006, elle est de l’ordre de 129 milliards 912 millions de FCFA« , a noté le président Touré avec un air de satisfaction.

Sur la même lancée, il a rappelé qu’à partir du 1er janvier 2007, le point d’indice passera de 292,5 à 300. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Partout au Mali se pose un problème récurrent d’eau, a reconnu le Président de la République.

Satisfecit

A la question de savoir qu’est ce qui l’a le plus marqué durant les quatre ans de son mandat, sans fioritures, il a réagi : « quatre choses m’ont énormément marqué : l’inauguration de l’adduction de la ville de Kidal, la traversée du pont de Wabaria, la gratuité des anti rétroviraux et celle de la césarienne« .

Par rapport à sa candidature, il a déclaré que le moment n’est pas venu encore pour se prononcer. La situation au Nord a constitué le menu principal de la rencontre du chef de l’Etat avec la presse. Pour mieux éclairer la lanterne, le président Touré a fait un long rappel historique (genèse) des différentes rébellions touareg de la période coloniale à nos jours.

« Il y a eu une trahison et non des attaques à Kidal » « Il n y a pas eu d’attaques, mais une trahison des officiers et sous-officiers tamachecks à l’intérieur des deux camps militaires qui ont font l’objet d’attaques le 23 mai 2006 », a révélé le président Amadou Toumani Touré, lors de l’émission radiotélévisée « Baro » le mercredi 7 juin dans la soirée.

Expliquant l’effet de surprise, il a précisé : « les deux camps militaires étaient placés sous le contrôle et la responsabilité des officiers et sous officiers tamacheks…ils ont ouverts les magasins et laissé leurs éléments emporter tout ce dont ils avaient besoin« . Avant de poursuivre : « c’est de l’intérieur que les mouvements ont éclaté« . Selon lui, la seule résistance a été opposée par le camp de garde. L’élément de ce camp qui a tué, est un « intégré », c’est-à-dire un ex-rebelle touareg des années 1990 qui a intégré l’armée malienne, a précisé le président Touré.

En minimisant les insurgés, il a souligné : « l’armée malienne regorge beaucoup de sous officiers et officiers intégrés qui sont sous les drapeaux et qui occupent de hautes fonctions ». De manière formelle, il a pointé du doigt le colonel Iyad Ag Ghaly, figure de proue de la rébellion de 1990 : « je l’avais reçu en entretien le vendredi 19 mai 2006 de 10H30 à 12h et il m’a promis de revenir dans 10 jours et, quatre jours après les événements sont survenus« , a noté le président Amadou Toumani Touré avec un air d’indignation. « Nous nous sommes combattus…nous avons signé les accords de paix, si jamais il y aura des ravages, tu auras perdu l’œuvre de ta vie » : c’est par cette déclaration que leur entretien s’est terminé, selon ATT.

Avec ironie, en guise de désaveu pour Iyad, il a révélé : « sa femme et ses enfants sont rentrés du maquis. Ils ont appelé hier (Ndlr mardi) le gouverneur de la région de Kidal, pour lui dire qu’ils ne souhaitent plus retourner dans la brousse« . Sa femme et ses enfants, a – t – il poursuivi sont sous protection. Revenant sur les motivations et revendications des insurgés, le président Touré a déclaré : « nous avons fait beaucoup de réalisations pour la région de Kidal…la décentralisation en cours est un cadre idéal d’échanges et de résolutions des problèmes« .

Et d’ailleurs poursuit – il, Kidal a déjà un statut particulier en ce sens que tous les responsables sont des touaregs : « le gouverneur de la ville, les 4 députés de la région, les 8 conseillers nationaux dont fait partie Iyad Agaly lui même sont des tamacheck… », a précisé Amadou Toumani Touré. En plus poursuit – il : « après mon élection en 2002, mon 1er Premier Ministre, Ahmed Mohamed Ag Hamani est tamachek, le président du Haut Conseil des Collectivités, Oumarou Ag Mohamed est également touareg, sans oublier que la plupart des responsables des unités de commandements sont ex combattants« .

Pour la ville de Kidal, en termes de développement, 2,4 milliards de FCFA ont été investis et 37 milliards FCFA sont prévus pour les projets futurs, a – t – il noté. Par rapport aux déserteurs, ils sont au nombre de 180, selon le Président de la République.

Au total, dira – t – il, après la rébellion de 1990, 9000 ex-combattants ont été intégrés dans l’armée malienne. Le président Amadou Toumani Touré, a par ailleurs, écarté toute idée d’ingérence libyenne et algérienne.

A. M. Cissé

09 juin 2006.