Partager

«Les ministres seront évalués, les incompétents renvoyés»

La Campagne agricole 2008-2009 a été lancée, dimanche 6 juillet, à Soninkégni, situé dans le cercle de Kati. Fidèle à ses habitudes, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a saisi cette occasion en or pour s’exprimer sur le brûlant dossier de l’Initiative Riz qui se trouve dans l’impasse à cause du retard observé dans la mise à disposition des semences et des intrants, le peu d’empressement des banques à délier le cordon de la bourse et d’une certaine cacophonie au niveau du gouvernement, notamment les ministères impliqués dans la mise en œuvre de l’Initiative.

Face à ce spectacle peu réjouissant, le premier magistrat du Mali est monté au créneau pour dire ses quatre vérités. Et tout le monde en a eu pour son compte. A commencer par le gouvernement qui n’arrive pas à se tirer d’affaire et à accorder.

Pour tout dire ATT a ainsi laissé entendre que les ministres seront évalués et les incompétents seront renvoyés, car le Mali regorge encore de cadres compétents et le cimetière est rempli d’hommes indispensables.

La fameuse «L’initiative Riz» dont l’objectif est de produire, à l’issue de la campagne 2008-2009, 1 6180 323 tonnes de Paddy, soit un million de tonne de riz marchand, soit une hausse de 50 % par rapport à la campagne 2007/ 2008 est bien dans l’impasse.

Le Président Amadou Toumani Touré, lui-même, a reconnu les menaces qui pèsent sur cette initiative salutaire. Ainsi, a-t-il déclaré, dimanche 6 juillet, à Soninkégni lors du lancement de la Campagne agricole 2008-2009 : «Je reconnais que l’Initiative riz est venue au mauvais moment.

En réalité, on n’avait pas bien analysé la faisabilité du projet pour cette campagne agricole 2008-2009. Aujourd’hui, le gouvernement rencontre de nombreuses difficultés dans la mise en œuvre de l’Initiative riz. Les ministères concernés ne parlent plus du même langage. Si le ministère de l’Agriculture préconise un système, le ministre des Finances affirme le contraire et vice-versa»

Sur le plan de financement, le président ATT a déploré l’attitude des banques qui, pour des raisons de garanties, ont refusé de participer au financement. A rappeler que le coût total de l’initiative riz est estimé à 42, 65 milliards de F CFA.

Le président ATT est décidé à faire du projet une réalité, contre vents et marée. Ainsi, affirme-t-il : «Je mettrai fin à tous les différends qui existent entre les ministères dans cette affaire. Je les interpellerai un à un dans mon bureau. Personne n’y sortira tant qu’il n’ y a pas eu un compromis par rapport au démarrage effectif de l’Initiative par l’approvisionnement des producteurs en semences et en engrais».

En tenant ces propos, le président de la République faisait allusion aux ministères de l’Agriculture, de l’Economie, de l’industrie et du commerce et des Finances.

Au terme de son allocution, le président ATT d’affirmer : «Je vous dis que les choses ne vont pas rester comme çà. Je vais m’impliquer personnellement. J’évaluerai tous les ministres concernés. Ceux qui vont travailler convenablement seront maintenus dans le gouvernement et pourront même bénéficier de la récompense du mérite. Les incompétents seront renvoyés et remplacés purement et simplement».

Pour ce qui est de l’engagement du secteur privé, le Président ATT de laisser entendre : «Les partenaires qui nous aideront avec succès seront remerciés par des médailles».

Rappelons que le Parena de Tiéblé Dramé avait tiré, il y a quelques semaines, la sonnette d’alarme en invitant le gouvernement à surseoir à la mise en œuvre de l’Initiative riz compte tenu du manque de disponibilité des semences et d’engrais.

Le parti du bélier blanc avait demandé de mettre cette campagne agricole (2007-2008) à profit pour sensibiliser les paysans, les partenaires de cette opération, notamment les banquiers et réunir tous les intrants (engrais, semences et pesticides) afin de donner à l’Initiative riz toutes les chances de réussir l’année prochaine.

Avec les difficultés actuelles, reconnues au sommet de l’Etat, est-il tôt de donner raison au Parena ?

Abdoul Karim KONE

10 Juillet 2008