Partager


Malgré les dispositions prises par le département de la Santé et les différents ordres et syndicats de la santé, on constate le non respect des textes et des règles d’éthique et de déontologie par le personnel de santé et l’existence du vide juridique en matière de responsabilité médicale.

C’est pourquoi il apparaît nécessaire d’enseigner <<la responsabilité médicale, la déontologie et l’éthique>> au personnel de santé afin que chaque agent qui pose un acte le fasse en connaissance de cause et dans le respect des textes en vigueur. C’est dans ce cadre que le ministère de la Santé organise un atelier sur la responsabilité médicale, la déontologie et l’éthique en collaboration avec le Cabinet “International Consulting Corporation” du 03 au 14 novembre 2008 au Centre International de Conférences de Bamako.

Cet atelier qui a pour objectif de former un pool de formateurs aux niveaux central et régional sur la responsabilité médicale, la déontologie et l’éthique regroupe une centaine de participants venus des services centraux et rattachés du ministère de la Santé des régions et du District.


Le ministre de la santé

A la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le ministre de la Santé M. Oumar Ibrahima Touré a rappelé aux participants que le monde a changé, les environnements ont changé, les hommes ont évolué. Les professionnels de santé et les chefs d’établissements de soins doivent évoluer avec ce mouvement d’ensemble au risque de rater le train de la création de la valeur ajoutée, à leur détriment.

Pour lui, à travers cet atelier, il s’agit donc de faire prendre conscience aux professionnels de santé d’exercer leur métier avec la conscience éveillée, afin de donner aux utilisateurs les meilleures chances possibles de guérison que l’état des sciences et des connaissances le permet dans notre pays. Ainsi, il s’agira pour les professionnels de connaître les normes, procédures et bonnes pratiques, de pratiquer, de façon appropriée, les normes, procédures et bonnes pratiques professionnelles, et de se rappeler constamment la responsabilité médicale.

Pour ce faire, pendant les deux semaines de l’atelier, les participants feront l’état des lieux, découvriront l’esprit du concept de la responsabilité médicale avant de réfléchir pour imaginer les stratégies et les actions subséquentes appropriées à développer pour créer de la valeur ajoutée dans les pratiques de tous les jours, pour réaliser “zéro défaut” et donc faire “zéro mécontent”. Pour cela, il a invité les uns et les autres à la démarche de l’autopromotion, pour promouvoir le cercle vertueux de voir, réfléchir et agir.

Dado CAMARA

04 Novembre 2008