Partager

Aminata Sall présidente de la commission nationale de l’Unesco, Alhady Koïta secrétaire général du ministère de la culture, et nombreux autres invités étaient présents à la cérémonie.

Comment aider le tourisme sous ses formes les plus variées à devenir un vecteur du développement économique et social et de promotion de la diversité culturelle ?
Voici une ambition que l’Unesco partage avec six pays de la sous-région : le Burkina-Faso, le Cap-Vert, le Ghana, le Niger, le Mali et le Sénégal.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du suivi de la conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles tenue en avril 1998 à Stockholm en Suède, dont le premier objectif du plan d’action recommande aux états membres de faire de la politique culturelle l’un des éléments clés de la stratégie de développement.

Difficultés entravant l’essor du tourisme dans les six pays concernés ; faiblesses aux niveaux institutionnel, structurel, financier et humain ; exploration des pistes pour le développement du tourisme international, sous-régional et régional ; et propositions visant à promouvoir le tourisme culturel dans chaque pays concerné, sont présentées dans le document.

En effet, l’Afrique bien que doté d’un potentiel touristique énorme, n’exploite quasiment pas ce filon.

En 1999, selon les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme, l’Afrique n’a attiré que 4% de l’ensemble des visiteurs internationaux, avec les parties nord et sud du continent qui sont les plus visitées.
L’Afrique de l’Ouest reste à la traîne, et c’est cette tendance que les initiateurs du projet veulent inverser.

Grande importance accordée par le ministère de la culture à cet atelier qui sera bénéfique à tous les acteurs impliqués dans la promotion du tourisme, a été soulignée par Mr Koïta.

Pour Aminata Sall de l’Unesco, si l’étude est commandée par l’Unesco, cette dernière ne saurait se substituer aux pays concernés dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur politique culturelle.

06 janvier 2006.