Partager

Deux groupes se dessinent pour la région de Sikasso au sujet de la mise en place du bureau l’AMM : les uns respectant le mot d’ordre des signataires de la plate-forme et les autres alignés derrière le maire de Kourouma en 3e région.

En réponse à la déclaration commune des acteurs politiques, rendue publique en janvier dernier, relative à la gestion concertée de l’Association municipalités du Mali (AMM), une réunion des maires de la région de Sikasso s’est tenue le 21 mars dernier dans la salle de conférence de la Chambre de commerce de Sikasso.

La rencontre, organisée par la plate-forme des 13 partis politiques signataires et le Mouvement citoyen, était présidée par Issa Nda Kampo en présence du Pr. Tiémoko Sangaré, ministre de l’Environnement et de l’Assainissement. M. Kampo a expliqué que les objectifs de la mission dans la région est de présenter la déclaration de la plate-forme ; à savoir : la mise en place d’un cadre permanent de concertation pour la gestion démocratique et consensuelle de l’AMM, notamment par la mise en place d’un bureau exécutif national de large ouverture et de bureaux consensuels au niveau des cercles et régions ; l’élaboration d’un programme commun d’activités et une campagne électorale commune.

Il a rappelé que la présidence de l’AMM suscite bien de divergences au sein du comité exécutif de l’Adéma, avec la présence dans la course de trois candidats : le maire de la Commune V de Bamako, Boubacar Bah dit Bill, le maire de la Commune III, Abdel Kader Sidibé, président sortant, et le maire de la Commune rurale de Kourouma (cercle de Sikasso), Adama N. Diarra.

Il a souligné que l’instance dirigeante de l’Adéma/PASJ a tranché en faveur du maire de la Commune V du district. A peine ces couleurs annoncées, de vives protestations ont été entendues par les maires qui soutiennent la candidature d’Adama Diarra, présent dans la salle.

Le Pr. Tiémoko Sangaré est intervenu pour apaiser les uns et les autres avant de se retirer. Ce fut alors le quiproquo entre participants sur la prise en otage de l’AMM, la forme d’organisation de la rencontre de Sikasso, le rejet de la candidature d’Adama Diarra et la mise en place de la plate-forme.

Cinq heures n’ont pas suffi aux maires pour dégager un consensus. On retient que deux groupes se dessinent pour la région de Sikasso au sujet de la mise en place de l’AMM : les uns respectant le mot d’ordre des signataires de la plate-forme et les autres alignés derrière le maire de Kourouma en 3e région.

B. Y. Cissé

(correspondant régional)

24 Mars 2010.