Partager

Créé officiellement en janvier 2008, le réseau des journalistes maliens pour la Promotion de l’Emploi et la Formation Profes-sionnelle (AJPEF) a été solennellement lancé vendredi dernier.

Présidé par notre confrère de l’Essor, Amadou O. Diallo, le bureau qui a en charge les destinées de cette association est composé de 23 membres.

L’AJPEF tentera de contribuer à la promotion de l’emploi et de la formation à travers la formation des journalistes, l’organisation de conférences, de colloques et autres voyages de presse. Amadou O. Diallo expliquera que l’AJPEF, ce nouveau bébé n’est et ne sera ni une association de plus, ni un complément d’effectif.

Il dira par ailleurs que le réseau ambitionne de combler un vide. Celui du déficit de communication existant entre les agences de promotion de l’emploi, les prestataires privés et les partenaires techniques et financiers exerçant dans le secteur et les usagers, notamment : les jeunes diplômés sans emploi, les travailleurs compressés des entreprises publiques et privées, etc.

Selon lui, son association s’attache également à faciliter l’accès aux informations relatives à l’emploi et la formation professionnelle et entreprendra de faire découvrir à travers plusieurs activités dans le domaine de l’emploi au Mali.

Ainsi, le ministre en charge de ce secteur, Ibrahima N’Diaye, saluera la naissance du Réseau des journalistes maliens pour la promotion de l’emploi et de la formation.

Il a attiré l’attention des membres de l’Association sur le caractère transversal du secteur dont il a la charge et propose d’assurer la promotion. Les activités de l’Association ne concernent, en effet, pas que le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

La quasi totalité des départements ministériels qui y interviennent dans le domaine de l’emploi sont concernés. Pour atteindre son objectif, l’AJPEF doit donc travailler en synergie avec tous les ministères concernés ainsi que les structures d’encadrement de l’emploi au Mali.

Ibrahima N’Diaye, dira en ces termes : «au Mali, nous avons un énorme potentiel agricole inexploité, des besoins alimentaires de plus en plus importants et parfois insuffisamment couverts, et une multitude de bras non utilisés.

Cette situation est due principalement au manque d’information des jeunes demandeurs d’emplois sur les opportunités agricoles, à l’absence de cadre attractif pour les jeunes en milieu rural, au sous équipement des systèmes de production primaire et aux problèmes de financement des projets des jeunes promoteurs».

Cette cérémonie s’est terminée autour d’une conférence-débats et animée par Moussa Sidibé et Oumar Sidi autour du thème : «Quel rôle pour la presse dans la promotion de l’emploi au Mali : La complémentarité pour un meilleur service de l’offre sur le marché du travail ?».

Gnimadi Destin

10 Juin 2008