Partager

Le 20 novembre 2007, une rencontre d’échange sur l’assistance téléphonique aux enfants en situation difficile, s’est déroulée au Mémorial Modibo Keïta. Elle était initiée par la Direction Nationale de la Protection des Enfants. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Directeur National de la Protection des Enfants, M. Badra Alou Barry.

On notait également la présence de Mme Leen Decardt, représentant de Child Helphine international, du représentant de l’ONG Mali-Enjeux, M. Moussa Sissoko et de M. Cheick Tidiane, coordinateur national du Bureau International de Catholique de la France.

L’OBJECTIF ESSENTIEL

Cette rencontre avait comme objectif essentiel d’organiser une assistance téléphonique aux enfants en situation difficile. C’est une consultation et une conceptualisation à des enfants socialement démunis.

Bref, il s’agit de faire profiter aux enfants les techniques téléphoniques et de l’information dans leur recherche de vie meilleure dans le strict respect de nos cultures. Cela compte tenu de l’importance capitale de la nouvelle technologie et de l’information dans le développement.

UNE MEILLEURE REHABILITATION DES ENFANTS

Dans son intervention, Mme Leen Decardt a souligné que dans le respect de l’intégrité des enfants, la ligne verte est une conception exemplaire d’assistanat. Cette conception a été initiée entre les Etats lors de la 44ème session des Nations Unies.

C’est pour faciliter la réhabilitation des enfants. Mme Leen Decardt a terminé ses mots en exhortant les structures d’aide aux enfants à bien s’organiser à travers une coordination plus active pour la défense des droits de l’enfant.

LES RECOMMANDATIONS DE CETTE 44ème SESSION

M. Barry a d’abord remercié solennellement Mme Leen pour avoir effectué le déplacement de la Belgique pour venir former et sensibiliser les acteurs maliens sur la ligne verte. Il a salué également l’expert du comité africain des droits des enfants, M. Moussa Sissoko, l’un des pères fondateurs des droits des enfants au Mali.

Par ailleurs, selon M. Barry, à la suite des recommandations, le Mali a été félicité pour les progrès réalisés dans le domaine de l’enfance. Parmi ces avancées, il a cité la loi 06-24 de 2006 qui établit la gratuité de l’enregistrement à la naissance, l’un des droits fondamentaux de l’enfant ; la loi 04-004 portant création du centre national de documentation sur la femme, l’enfant et la famille en 2004 ; l’ordonnance 02-062 P/RM de 2002 portant création du code de protection de l’enfant.

Egalement, plusieurs accords ont été signés entre le Mali et les pays frontaliers, tels la Côte d’Ivoire, le Burkina, le Sénégal, la Guinée Conakry dans le domaine contre la traite des enfants.

Aussi, des accords multilatéraux de la CEDEAO et des accords de coopération entre l’Afrique de l’Ouest et celle du centre ont fait l’objet de l’adhésion du Mali. Plusieurs conventions contre les pires formes de travail des enfants ont été ratifiées par les autorités de l’Etat.

En plus de toutes ces règles, l’Etat a installé une ligne téléphonique fonctionnelle 24/24 en faveur des enfants.

En outre, le Directeur a affirmé que cette rencontre permettra de matérialiser les acquis en faveur des enfants en situation difficile.

LES ATTENTES

Les progrès réalisés par les opérateurs téléphoniques en matière d’extension du réseau téléphonique rendront possible l’installation d’un numéro vert à trois chiffres au Mali. Cela aura comme objectif principal d’atteindre tous les enfants ayant besoin d’attention et de protection d’urgence.

Il permet d’assurer l’accès aux services de télécommunication des enfants les plus marginalisés à tous les niveaux et d’accorder une attention particulière à la protection et à l’écoute des droits des enfants.

En conclusion, M. Barry a souhaité la participation qualitative de tous en faveur de la protection des enfants dans notre pays.

Hady BARRY

21 novembre 2007.