Partager

En plus de la loi de finances 2018, les élus de la nation examineront 61 autres projets  de lois et procéderont également au renouvellement du bureau de l’ a.n et des commissions

permanentes

Après seulement quelques jours de repos, suite à la session extraordinaire, revoilà les honorables députés au boulot pour au moins 75 jours d’activités intenses. L’ouverture solennelle de cette session ordinaire dite session d’octobre a eu lieu le lundi 2 octobre, premier lundi du mois d’octobre, conformément à l’article 65 de la Constitution. C’était en présence du Premier ministre et son gouvernement, des présidents des institutions et les représentants des corps diplomatiques accrédités au Mali.

A l’entame de son propos, le président Issiaka Sidibé a rappelé que l’Assemblée Nationale (AN), sera constamment au rendez-vous du processus de mise en œuvre sereine et efficiente de l’Accord de paix. Actualité oblige, il est également revenu sur la scène politique de notre pays assez mouvementée, ces derniers mois, suite à l’adoption de la Loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992.

Au sujet de l’évolution de cette situation, il a renouvelé ses remerciements et ses félicitations au Président de la République, SEM Ibrahim Boubacar KEITA, pour son discours historique du 18 août 2017 qui a contribué à rassembler davantage ses compatriotes. Toutefois, il a rappelé que le processus de révision enclenché, validé en toute connaissance de cause par l’Assemblée Nationale, était destiné essentiellement à concrétiser des réformes majeures longtemps attendues dans notre pays.

Rappelons que cette session d’octobre de l’année est une session bien chargée puisque durant au moins 75 jours, les élus de la Nation examineront en plus de la Loi des finances 2018, 61 autres projets  de loi. Ils procéderont également au renouvellement du bureau de l’A N et des commissions permanentes.

Le projet de budget vient à la suite de la modification apportée à la Loi de Finances 2017, lors de la séance plénière du 25 août dernier. Selon le président de l’Institution, l’adoption de ce « collectif budgétaire » a permis de prendre en charge les nouvelles ressources budgétaires du Mali pour un montant de 116,643 milliards de FCFA et les dépenses additionnelles qui s’élevaient à 53, 030 milliards de FCFA.

Comme à l’accoutumée, l’honorable Issiaka Sidibé a détaillé l’ordre du jour de la présente session. Outre la loi de finances 2018, soixante une (61) autres saisines seront examinées au cours de cette session, dont 27 ratifications d’ordonnances, 4 propositions de lois et 27 autres projets de lois dont certains avaient été renvoyés lors des sessions précédentes. A cela, s’ajoute également l’examen de 3 recueils du Conseil Économique, Social et Culturel.

Les élus de la nation auront ainsi à se prononcer, entre autres, sur les projets de loi portant règlement des budgets d’État 2014 et 2015 ; le projet de loi relatif à l’état de siège et à l’état d’urgence ; le projet de loi portant modification de la loi relative à la protection des données à caractère personnel en République du Mali ; le projet de loi fixant les principes de gestion de la faune et de son habitat ; le projet de loi fixant les modalités de promotion et d’officialisation des langues nationales ; le projet de loi relatif aux pratiques commerciales frauduleuses ; le projet de loi relatif aux défenseurs des droits de l’homme et le projet de loi portant modification du Code général des impôts.

Daniel KOURIBA

Du 05 Octobre 2017