Partager


Les élus de la nation étaient vendredi dernier en plénière.

En effet, après la mise en place du bureau et des commissions de travail, les députés ont véritablement entamé le travail parlementaire.

Au cours de cette plénière, le gouvernement était représenté par le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies, Gaoussou Drabo, assurant l’intérim de son homologue de l’Agriculture.

A l’ordre du jour : une séance de questions orales et l’examen d’une dizaine de projets de loi.

Cheickna Hamalla Bathily député élu à Nioro du Sahel avait adressé des questions orales à Choguel Kokalla Maïga ministre de l’Industrie et du Commerce, sur le déroulement de la récente élection consulaire à la Chambre de commerce et d’industrie du Mali. Le ministre Maïga étant absent de Bamako, les questions ont été renvoyées à une autre plénière.

Le premier projet de loi examiné par les élus a trait à la ratification de l’ordonnance n°06-022/P-RM du 19 septembre 2006 autorisant la ratification de l’accord d’un prêt de 11,6 milliards Fcfa servant au financement du projet d’intensification du périmètre irrigué de Baguinéda signé à Ouagadougou le 19 mai 2006, entre le Mali et le Fonds africain de développement (FAD).

Le projet d’un coût total de 12,9 milliards, sera financé par le FAD à hauteur de 11,6 milliards Fcfa, par le gouvernement à hauteur de 1,4 milliard et par les bénéficiaires à hauteur de 214 millions.

Initié par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le projet de loi a été adopté par le Conseil des ministres en application de la loi n° 06-042 du 18 août 2006 autorisant le gouvernement à prendre certaines mesures par ordonnances.

D’une superficie de 22 319 ha répartis entre une zone irrigable de 4500 ha brut dont 2816 ha totalement ou partiellement aménagés desservis par un canal principal de 40 km et une zone exondée de 17.819 ha essentiellement occupée par des cultures sèches, des vergers, des jachères, des pâturages et des habitations, la zone d’intervention couvre 22 villages avec une population de 18.430 habitants.

Etablissement public à caractère administratif créé en 1998, l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda sera l’organe d’exécution.

L’Office du périmètre irrigué de Baguinéda grâce à sa proximité de Bamako, bénéficie, d’un fort potentiel de production de fruits et de la disponibilité en eau pendant la saison sèche.

Cependant, il doit affronter des contraintes comme le faible débit du canal d’amenée de février à mai, la forte pression sur les terres irriguées, le mauvais état du canal principal et l’accès difficile au crédit bancaire pour la plupart des organisations paysannes à cause d’importants arriérés de crédits.

Aussi, le projet d’intensification va contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté en augmentant les productions et les revenus agricoles.

Il comprend trois principales composantes : l’amélioration des infrastructures avec 55 % du financement, le développement de la production avec 30 % et la gestion du projet avec 15 %.

La première composante va permettre la réhabilitation du canal d’amenée avec la réalisation d’une prise supplémentaire composée de deux passes de 7,5 m, l’installation de pièges à jacinthes mobiles, la réhabilitation du canal principal, l’extension des réseaux tertiaires, l’aménagement de 14 points d’eau équipés et la création de brises vents et l’aménagement de 205 ha de plantations et de bosquets.

Grâce à la deuxième composante, il sera possible d’apporter un appui aux organisations paysannes, de renforcer leurs capacités en matière de gestion de l’eau et de commercialisation, de recruter une assistance technique spécialisée dans la gestion de l’eau et de former le personnel.

Le projet aidera les groupements de femmes et travaillera à intensifier et à diversifier la production.

Quant à la dernière composante, elle permettra le renforcement des capacités de l’OPIB, la mise en place d’un système de comptabilité analytique et d’un système de suivi évaluation.

Grâce au projet, une importante augmentation des principales productions dont le riz (+ 88 %), le maïs (+ 359 %), la tomate (+ 725 %) et l’oignon (+ 508 %) est attendue.

En réponse aux questions des députés, face à la forte pression foncière exercée sur la zone, le ministre Drabo a annoncé que le département de l’Agriculture en collaboration avec celui des Domaines de l’État et des Affaires foncières, travaillait à la sécurisation foncière.

De même, bonne note a été prise par le ministre, du souhait de certains élus de voir la plante pourghère utilisée dans les brise-vent prévus par le projet.

Le texte a été adopté par 86 voix pour, aucune contre et une abstention.

30 octobre 2006.