Partager

En vue du réaménagement du cabinet de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré a envoyé des courriers à certains membres du personnel nommé par l’ancien président de l’Hémicycle, Ibrahim Boubacar Kéita. Parmi ces personnalités figurent : le secrétaire général, Seydou Nourou Kéita ; le chef de cabinet, Amoro Diarra ; le conseiller diplomatique, Amadou Kéita ; le conseiller chargé des affaires arabes, Moussa Sanogo et le chargé de mission, Mohamed Lamine Guindo.

Ce réaménagement ne surprend personne dans la mesure où, selon nos sources, le cabinet devait être renouvelé depuis le mois de décembre ou environ 3 mois après la prise de fonction du président de l’Assemblée nationale.

Pourquoi Dioncounda Traoré a-t-il attendu un délai de 6 mois environ avant d’envoyer à leurs destinataires des lettres les avisant de sa volonté de réaménager le cabinet de l’Hémicycle ?

Des cadres de l’Adéma-Pasj nous ont répondu que la Ruche ne voulait pas donner l’impression de se livrer à la chasse aux sorcières. Le contexte était d’autant plus inopportun pour un rapide renouvellement de cabinet que l’ancien parti au pouvoir a engagé un vaste mouvement de refondation et de recomposition de la famille originelle.

Le député Ouali Diawara nous avait confirmé cette tendance générale du parti à s’inscrire dans le cadre du rassemblement de la grande famille des Abeilles. C’est, d’ailleurs, à ce titre que la 9ème conférence nationale de l’Adéma-Pasj tenue le 15 mars au Centre international de conférence de Bamako a recommandé aux structures de base de poursuivre des actions politiques tendant à enregistrer de nouvelles adhésions dans le parti et d’entreprendre le renouvellement, dans le calme, des organes de base du parti (comités, sous-sections, sections).

La conférence nationale a, aussi, recommandé d’organiser à tous les niveaux, des activités politiques afin de consolider la mobilisation des militants du parti. Après avoir exprimé toute sa satisfaction, suite aux nouvelles adhésions massives au parti, elle a donné mandat au Comité exécutif pour examiner le dossier de réintégration dans le parti des militants et anciens responsables ayant fait l’objet de sanctions lors des assises de la 8ème Conférence nationale qui en exprimeront le désir.

Une lettre circulaire devait être envoyée à toutes les sections dans ce sens et la Commission centrale de contrôle administratif et de gestion des conflits a été invitée à trancher les cas en instance avant le congrès ordinaire. Il faut remarquer que le président de l’Assemblée nationale, en retardant le renouvellement du cabinet du parlement, a fait preuve, selon nos sources, d’une certaine capacité à gérer politiquement les ressources humaines de l’institution.

C’est pourquoi, indiquent les mêmes sources, il peut aujourd’hui justifier ce retard par la réflexion qui consiste à mieux s’imprégner du travail du personnel de l’institution et donc à mieux juger de la compétence de chacun, notamment de ceux qui seront appelés à poursuivre la tâche assignée aux membres du cabinet de l’Assemblée nationale.

De ce fait, indiquent nos sources – ce qui n’est pas du tout sans fondement- Dioncounda Traoré se forge progressivement une personnalité de leader politique. La 9ème Conférence nationale l’avait félicité pour son élection en qualité de président de l’Assemblée et avait félicité le Comité exécutif qu’il dirige pour le travail accompli depuis la 8ème Conférence nationale dans l’intérêt du parti.

En fait, des militants de la Ruche, aujourd’hui, disent ouvertement qu’ils ont trouvé un potentiel candidat pour 2012. Dioncounda n’a-t-il pas dit que son heure de briguer le pouvoir est arrivée ? En tout cas, tout laisse croire que le président de l’Assemblée nationale est en train de manœuvrer pour se tailler la carrure d’un futur candidat à l’élection présidentielle de 2012.

Les résultats de cette stratégie déjà mise en oeuvre à l’Hémicycle de Bagadaji s’expriment à travers la motion de félicitation de la conférence au Comité exécutif et qui l’engage à poursuivre le combat pour élargir la base du parti.

Baba Dembélé

28 mars 2008.