Partager

route1.jpgLa séance plénière entamée mardi à l’hémicycle malien, suit son cours. Ce jour-ci, Abdoulaye Koïta, ministre de l’Équipement et des Transports, a défendu plusieurs textes.

Le premier texte défendu par le ministre Koïta, concerne le projet de loi autorisant la ratification de l’avenant n° 3 à la convention relative à la création d’une agence chargée de gérer les installations et services destinés à assurer la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar.

Créée par une convention signée le 12 décembre 1959 à Saint Louis, dans la perspective de l’indépendance des colonies françaises d’Afrique, l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) était initialement située à Paris. Par la suite, le siège de cette organisation intergouvernementale a été transféré à Dakar, avec la modification de la convention de 1959 par celle du 25 octobre 1974 dite « Convention de Dakar ».

Ce texte étant une convention ouverte, toute modification de ses structures implique un nouvel avenant.

A ce jour, l’ASECNA a connu deux avenants. Quant au troisième, il constitue l’objet du texte soumis aux élus.

L’avenant n°1 est relatif à l’adhésion de la Guinée équatoriale le 22 avril 1987 à la convention et l’inscription de l’aérodrome de Malabo sur la liste des aérodromes où les services de navigation aérienne sont assurés par l’Asecna.

L’avenant n° 2 consacre l’adhésion à la convention des Comores le 1er janvier 2004 et l’inscription des aérodromes de Moroni/Prince Saïd Ibrahim aux Comores, de Mopti/Ambodedjo au Mali, de Yaoundé/Msimalen au Cameroun sur la liste des aérodromes couverts par l’Asecna.

L’avenant n°3 consacre l’adhésion de la Guinée Bissau le 1er janvier 2006 comme 18è État membre. Le texte a été approuvé par 80 voix pour, aucune contre et une abstention.

C’est aussi par une majorité écrasante de 78 voix pour, aucune voix contre et une abstention, que l’Assemblée nationale du Mali, a adopté le projet de loi portant ratification d’une ordonnance de mars 2007 autorisant la ratification de l’accord de prêt signé à Bamako en novembre 2006 entre notre pays et le Fonds saoudien de développement économique (FSD) pour le financement partiel du projet de réhabilitation de la route Kayes-Bafoulabé.

Ce projet concerne la construction d’une route bitumée reliant Kayes à Bafoulabé en passant par Diamou est estimé à 25,514 milliards Fcfa, financés par plusieurs partenaires.

Le Fonds koweïtien de développement économique arabe contribuera à hauteur de 5,39 milliards, la Banque islamique de développement et le fonds de l’OPEP à hauteur de 5,39 milliards et 5,25 milliards, le Mali 5 milliards, et le Fonds saoudien, objet du texte soumis aux députés, boucle le financement du projet avec 5,2 milliards.

Ce projet prévoit la construction d’un pont de 800 mètres à Bafoulabé, d’ouvrages de drainage, de caniveaux et d’ouvrages d’art et la réhabilitation des ouvrages existants.

Les études techniques relatives aux travaux de construction sont achevées.

Le dossier d’appel d’offres a été lancé et la sélection de l’entreprise chargée d’exécuter les travaux est en cours. Des mesures environnementales et sociales sont prévues.

Pour la construction du pont, le contrat des études techniques vient d’être attribué à un bureau international, en association avec un bureau d’études malien pour une durée de 6 mois. Le chantier de la construction de la route pourrait démarrer en juin ou juillet.

Ensuite, les députés ont adopté par un vote groupé, deux projets de loi.

Le premier porte ratification d’une ordonnance de mars 2007 autorisant la ratification d’un accord de coopération en matière de transport maritime entre les États membres de la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad).

Le second texte autorise la ratification de l’accord de prêt signé à Djeddah le 4 février 2007 entre notre pays et la Banque islamique de développement (BID) pour le financement du projet de construction de 4 routes d’accès au réseau national. 37,5 km de route vont ainsi relier des localités à des routes bitumées. Ce sont les bretelles permettant de relier Yorosso à la RN14 sur 9 km, Djéli à la RN6 sur 10 km, Tominian à la RN6 sur 12 km et Sofara à la RN6 sur 6 km.

24 mai 2007.