Partager

Décidément, on aura, sans nul doute, une nouvelle Assemblée Nationale sans les députés barons que l’Assemblée nationale a connus jusque-là. Il s’agit bien des députés les plus influents comme l’Honorable Ouali Diawara, non moins président de la plus prestigieuse Commission finances de l’Assemblée nationale, élu de la commune I du district de Bamako du parti Adema, de l’Honorable Kassoum Tapo, élu à Mopti et récemment 4ème Vice-président et membre influent de l’Adema avant de virer dans le bateau UDD pour ces élections législatives, l’Honorable El Hadj Baba Haïdara, élu à Tombouctou sous les couleurs de l’UM-RDA et ancien 5ème Vice- président avant le dernier renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale et la grande absente parmi les dames députées sera, bel et bien, Mme Touré l’Honorable Safiatou Traoré allias Safi pour ses intimes qui était très active dans le régime défunt du général Amadou Toumani Touré.

A l’évidence, la nouvelle configuration qui se dessine à l’Hémicycle sera marquée des absences remarquables. Depuis la semaine dernière, on connait les premières tendances des élections législatives, tenues le 24 novembre 2013. Si dans l’ensemble le vote s’est déroulé sans incident majeur, il n’en demeure pas moins que beaucoup de ténors risquent désormais de passer tout simplement devant le portail de l’Hémicycle de Bagadadji sans y entrer, en tout cas pas comme député.

C’est du moins ce qu’ont peut dire et penser de ces résultats provisoires si d’aventure ils sont confirmés par la Cour Constitutionnelle. En revanche, d’autres ont eu leur ticket dès le premier tour. C’est le cas, par exemple, de l’honorable Mme Haïdara Aïchata Alassane Cissé alias Chato. Elle l’emporterait sans surprise sous les couleurs du regroupement Umrda/RPM. C’est la récompense de la fermeté dont elle a fait preuve face aux groupes armés à chaque fois que l’occasion lui a été donnée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Mali et cela pendant l’occupation du nord de notre pays. Tandis que le RPM et ses alliés seraient en pôle position dans plusieurs circonscriptions du Mali, au même moment les anciens continuent de faire les frais de la nouvelle recomposition du paysage politique en cours.

Certains vieux briscards comme les honorables Me Mountaga Tall du Cnid Faso Yiriwaton, Ouali Diawara de l’Adema, Me Kassoum Tapo, et Konimba Sidibé du Modec ne seront pas tout simplement réélus. De l’avis de plusieurs observateurs politiques de la place, la nouvelle Assemblée nationale risque d’être monocolore, avec le RPM et ses élus satellites. A cause de l’absence des leaders comme Timoré Tioulenta, Lancéni Balla Keita, Ibrahim Lancéni Coulibaly, Konimba Sidibé et bien d’autres. Pour les jeunes, l’heure du changement est arrivée. Mais pour d’autres, si les jeunes l’emportent, cela sonnera la fin des débats contradictoires. Car, ils ne seront pas nombreux à tenir un débat digne de ce nom face à des ministres aguerris.

Amadou Camara

Les Echos du Parlement du 6 Décembre 2013